Logo Torah-Box
Etude sur Texte

Traité Békhorot

Chapitre 5 - Michna 3

Newsletter Michna du Jour

Pour recevoir quotidiennement la Michna du Jour en vidéo, indiquez votre adresse e-mail dans le champ ci-dessous.

הַצּוֹרֵם בְּאֹזֶן הַבְּכוֹר,
הֲרֵי זֶה לֹא יִשָּׁחֵט עוֹלָמִית,
דִּבְרֵי רַבִּי אֱלִיעֶזֶר;
וַחֲכָמִים אוֹמְרִים:
כְּשֶׁיִּוָּלֵד לוֹ מוּם אַחֵר,
יִשָּׁחֵט עָלָיו.
מַעֲשֶׂה בְּזָכָר שֶׁל רְחֵלִים,
זָקֵן וּשְׂעָרוֹ מְדֻלְדָּל.
רָאָהוּ קַסְדּוֹר אֶחָד.
אָמַר:
מַה טִּיבוֹ שֶׁל זֶה?
אָמְרוּ לוֹ:
בְּכוֹר הוּא,
וְאֵינוֹ נִשְׁחָט אֶלָּא אִם כֵּן הָיָה בּוֹ מוּם.
נָטַל פִּגְיוֹן וְצָרַם בְּאָזְנוֹ;
וּבָא מַעֲשֶׂה לִפְנֵי חֲכָמִים,
וְהִתִּירוּהוּ.
רָאָה שֶׁהִתִּירוּ,
וְהָלַךְ וְצָרַם בְּאָזְנֵי בְּכוֹרוֹת אֲחֵרִים,
וְאָסְרוּ.
פַּעַם אַחַת הָיוּ תִּינוֹקוֹת מְשַׂחֲקִין בַּשָּׂדֶה,
וְקָשְׁרוּ זַנְבוֹת טְלָאִים זֶה לָזֶה,
וְנִפְסְקָה זְנָבוֹ שֶׁל אֶחָד מֵהֶם,
וַהֲרֵי הוּא בְּכוֹר;
וּבָא מַעֲשֶׂה לִפְנֵי חֲכָמִים,
וְהִתִּירוּהוּ.
רָאוּ שֶׁהִתִּירוּ,
וְהָלְכוּ וְקָשְׁרוּ זַנְבוֹת בְּכוֹרוֹת אֲחֵרִים,
וְאָסְרוּ.
זֶה הַכְּלָל:
כֹּל שֶׁהוּא לְדַעְתּוֹ, אָסוּר;
וְשֶׁלֹּא לְדַעְתּוֹ, מֻתָּר:
[Si quelqu'un]coupe [hatsorem] l'oreille d'un premier-né, il[ne pourra]jamais abattre[cet animal. C'est]la déclaration de Rabbi Eliezer. Et les Sages disent : Si un autre défaut apparaît[plus tard chez le premier-né], il pourra abattre[l'animal]à cause [de ce deuxième défaut. Il y a eu]un incident impliquant un vieux bélier dont les poils étaient[longs et]pendants,[car c'était une offrande de premier-né]. Et un[questeur romain][kasdor] le vit et dit[à son propriétaire :]Quel est le statut [tivo] de cet[animal pour que tu l'aies laissé vieillir et que tu ne l'aies pas abattu] ? Ils lui dirent : C'est une[offrande de premier-né], et[c'est pourquoi]on ne peut l'égorger que s'il a un défaut. [Le questeur]prit un poignard [pigom] et lui trancha l'oreille. Et l'incident a été soumis aux Sages[pour qu'ils se prononcent], et ils ont jugé que[son abattage]était autorisé. Et après que[les Sages]eurent jugé[son abattage]permis,[le questeur]alla trancher les oreilles des autres[offrandes de premiers-nés], mais[dans ces cas les Sages]jugèrent[leur abattage]interdit,[malgré le fait qu'ils étaient désormais avec un défaut]. Une fois, des enfants jouaient dans les champs et ils attachèrent les queues des agneaux les uns aux autres, et la queue de l'un d'eux fut coupée, et c'était une[offrande de premier-né]. Et l'incident a été soumis aux Sages[pour décision]et ils ont jugé que[son abattage]était autorisé. [Les gens qui]virent qu'ils estimaient que[son abattage]était permis allèrent attacher les queues des autres[offrandes de premiers-nés], et[les Sages]jugèrent[leur abattage]interdit. Voici le principe :[pour]toute imperfection provoquée intentionnellement,[l'abattage de l'animal est interdit ; si le défaut est causé]involontairement,[l'abattage de l'animal est]autorisé.
Soyez le premier à commenter ce cours !
Newsletter Torah-Box

Pour recevoir chaque semaine les nouveaux cours et articles, inscrivez-vous dès maintenant :

16 Juillet 2024 - 10 Tamouz 5784

  • 04:55 Mise des Téfilines
  • 05:58 Lever du soleil
  • 13:16 Heure de milieu du jour
  • 20:34 Coucher du soleil
  • 21:18 Tombée de la nuit

Chabbath Balak
Vendredi 19 Juillet 2024

Entrée à 20:14
Sortie à 21:18


Changer de ville