A travers des mots du Houmach et un passage de la Guemara Soukka, ce texte parle des quatre espèces de Soukkot, expliquant notamment en quoi elles sont liées à la notion de hadar (splendeur).