Pour accomplir une mitsva, faut-il forcément avoir une bonne intention au moment où on la fait ? Pourquoi ? En quoi une bonne intention peut-elle donner une très grande valeur a un acte qui semble banal et purement physique (comme le fait de dormir, par exemple) ? Réponse à travers plusieurs passages de Guemara.