Celui qui, pendant le mois de Nissan, voit des arbres fruitiers en fleurs, dira la bénédiction des arbres « Birkat ha-Ilanot », afin de remercier l'Eternel d’avoir fait refleurir les arbres desséchés.La formule de la bénédiction est la suivante :

« Baroukh Ata Ado-nay Élohénou Mélèkh ha’Olam Chélo ‘Hissèr Bé’Olamo Kloum Oubara bo Briote Tovot VéIlanote Tovot Léhanot Bahème Bné Adam »

Les femmes doivent également prononcer la bénédiction des arbres en fleurs.

Brakha sur les arbres en fleurs - bourgeons

Les gens zélés se pressent pour accomplir la Mitsva

A priori, on remplira la Mitsva le premier jour. Si l’on n'a pas réussi à la réaliser, il sera permis de dire la bénédiction tout le mois de Nissan. La Mitsva se poursuit même pendant le mois d’Iyar, où il est possible de la prononcer à condition qu’il y ait des fleurs sur les arbres, et alors même qu’une partie des fruits a déjà poussé.
 

Arbres fruitiers

A priori, il faut dire la bénédiction lorsqu’on voit deux arbres fruitiers et non sur de simples arbres non-fruitiers. Si par erreur, on a dit la bénédiction sur des arbres non-fruitiers, on ne redira pas la bénédiction lorsqu’on verra des arbres fruitiers ultérieurement.
 

Arbres greffés

A priori, on ne dira pas de bénédiction sur de tels arbres étant donné que leur greffe a été faite à l'encontre de la volonté Divine. Par contre, il est autorisé de dire la bénédiction sur des arbres qui sont encore "Orla" (les 3 premières années de la plantation de l'arbre où il est interdit d'en manger les fruits).

A la vue de l'arbre en fleurs

On ne dira la bénédiction que lorsqu'onaperçoit les arbres. Par conséquent, si on se trouve dans un grand rassemblement qui gêne la vue, on attendra le moment propice avant de dire la bénédiction. Mais si on a dit la bénédiction sans avoir vu l’arbre en fleurs, lorsqu’on le verra on ne re-prononcera pas la bénédiction.
 

Un non-voyant

Il ne dira pas la bénédiction, mais il est bon qu'une autre personne la fasse pour lui et il répondra « Amen ».
 

En dehors de la ville

Il est bon de dire la bénédiction sur des arbres qui se situent en dehors de la ville, mais s'il est difficile d’en sortir à cause d'une faiblesse, ou surtout s’il y a un risque de négliger l'étude de la Torah, alors on se contentera de dire la bénédiction sur les arbres de la ville.
 

Chabbath

Il est permis de dire la bénédiction des arbres en fleurs le Chabbath, surtout si le 1er Nissan tombe précisément un Chabbath. Les gens zélés s'efforcent de se presser dans l'accomplissement des Mitsvot. A plus forte raison, dans les endroits où la majorité du public ne vient à la synagogue que le Chabbath, il y a un risque qu'ils oublient de prononcer la bénédiction les jours de semaine. Ce sera donc une grande Mitsva de dire la bénédiction le Chabbath pour que tous en aient le mérite.