Une prise de conscience de la dernière demi-heure de l'année, un repentir sincère en dernier recours peuvent-ils bénir toute l'année ? La lecture du Chéma' matin et soir suffit-elle pour nous acquitter de notre devoir d'étude de la Torah ? Cela nous invite à mener quel raisonnement a fortiori ?