Je n’arrive pas à comprendre, ce truc me tarabuste... Hier, j’ai prié, avant-hier j’ai prié, la semaine dernière j’ai prié également, même chose le mois dernier. En fait… depuis 30 ans, je récite quotidiennement trois prières, celles du matin, de l’après-midi et du soir... Assez ! Assez ! Combien peut-on ainsi prier ? Je répète la même prière 3 fois par jour, depuis 30 ans, ça ne vous parait pas un peu étrange ?

En vérité, pendant la prière dite à voix basse, quand je me tourne vers le Tout-Puissant, je Lui demande des choses personnelles. Nous avons tous besoin de santé et de prospérité ; pendant la ‘Amida, je Lui explique en détail ce que je voudrais recevoir. Parfois, je pleure à chaudes larmes, comme un bébé qui réclame de la nourriture à sa mère : « S'il Te plaît Hachem, donne-moi la subsistance et les moyens de vivre dont j’ai besoin aujourd’hui ».

Mais j’ai déjà demandé tant de choses tant de fois. Qu’est-ce ça a donné ? Rien !

Par exemple, je veux vraiment progresser au travail, réussir et développer ma carrière professionnelle ; c’est un rêve d'enfance, mais il semble que cela restera un rêve. La vérité, même si ce n’est pas si agréable à dire, c’est qu’il y a des gens qui sont dans le besoin plus que moi, qui ont tout simplement faim. De toute façon, cela n’empêche pas que chacun puisse demander à D.ieu ce dont il a besoin, et c’est ce que je fais aussi ; je Lui demande un petit bonus au travail, plus de promotion, plus de succès... Je veux vivre à l’aise financièrement, mais ça ne marche pas. Cela fait déjà longtemps que je Lui demande non pas une fois, non pas deux fois, mais trois fois par jour ! Pourtant, mon compte en banque reste au même niveau... Et au lieu de progresser au travail, la récession économique a vu mon salaire réduit, je travaille moins d'heures, et mes moyens rétrécissent comme peau de chagrin. ...

Donc je ne comprends pas : pour quoi ai-je prié tant de fois et tant d'années ? Si D.ieu avait voulu me donner ce que je veux, Il connaît mon adresse et mes coordonnées bancaires... Et si D.ieu ne le veut pas, alors à quoi cela sert-il que je Le « relance » encore et encore avec mes requêtes ?...

C’était ce que je pensais… Quand soudain, j’ai compris…

Dans la Paracha Vaet’hanane, Moïse est condamné à ne pas pouvoir entrer en Israël, à cause de la profanation du nom de D.ieu dont il s’est rendu coupable. D.ieu lui a dit de parler au rocher et d’en sortir de l'eau ; or au lieu de parler au rocher, Moché l’a frappé. D’où sa punition de ne pas pouvoir entrer en Israël. Cependant, Moïse n'a pas abandonné et n'a jamais renoncé à cette occasion manquée d’accomplir les commandements liés à la Terre Sainte. Il a mené une campagne de « lobbying » envers le Créateur : « Et il a imploré D.ieu à ce moment précis : "Je T’en supplie, laisse moi entrer et voir ce bon pays ..." » Nos sages disent que Moché fit 515 prières de supplication afin d’entrer en Israël !

A quoi bon toutes ces prières? D.ieu ne comprend-Il pas du premier coup ? Et même si ce n’est pas la première fois, de toute façon quel besoin y a-t-il de multiplier une telle quantité de prières. D.ieu ne va-t-Il pas s’en lasser ? Moché n’aurait-il pas pu se contenter de 50 suppliques par exemple ?

La réponse est : non et non ! Non seulement D.ieu ne s’en lasse pas, mais la Torah indique même le contraire !

D.ieu dit à Moché : « Cela suffit ! N’ajoute pas un mot de plus. » D.ieu a donc ordonné à Moché de cesser de prier. Pourquoi ? Parce que si Moché avait continué à prier ne serait-ce qu’une prière de plus, D.ieu aurait été forcé d'accepter sa requête.

515 prières : inefficaces. En revanche, au bout de 516 prières l'on est exaucé ! De cet exemple l'on apprend que même si une épée tranchante est placée sur notre cou, on ne doit pas désespérer de la miséricorde divine. Plaidez votre cause en multipliant les prières, encore et encore, jusqu'à ce que D.ieu vous exauce !

Depuis cet épisode... jusqu'à aujourd'hui... La Présence divine a été exilée et nous a laissés orphelins. Nous prions le Tout-Puissant chaque jour depuis plus de 1900 ans : « Que dans Ta miséricorde Tu reviennes et Tu T'installes au sein de Jérusalem Ta ville, comme Tu l'as promis, et construis la d'une construction éternelle, rapidement et de nos jours... ». Même les actions de grâce récitées après un repas ne sont pas exemptes d'un rappel de la destruction du Temple. Il y est écrit : « Que notre ville sainte Jérusalem soit reconstruite rapidement et de nos jours. »

A l'époque du Temple, nous étions en mesure de ressentir la présence divine dans notre voisinage, nous étions reliés à D.ieu par les sacrifices, et quand nous entrions dans la maison de D.ieu (le Temple), nous pouvions Lui « parler » directement…

Alors c'est vrai, nous avons prié et prié sans cesse pour que D.ieu reconstruise (Son Temple). Tant d'années sont passées, et nous n'avons toujours pas été entendus. Cependant, nous ne nous sommes jamais arrêtés…

Nous allons continuer à plaider, à réclamer, à supplier et à demander à Hachem : « S'il Te plaît, reconstruis Jérusalem » dans l'espoir et la foi que notre demande de longue date se matérialise, et que nous puissions dire « Béni sois-Tu Seigneur qui a rebâti Jérusalem dans Sa miséricorde, Amen ».