Au début de ce cours, Rav Bentata commence à rapporter un commentaire concernant la bérakha de la Amida qui commence par les mots séla'h lanou. Il explique notamment que -contrairement à ce qu'on pourrait croire- il est impossible de vivre sans yissourim (souffrances). Il cite plusieurs exemples de petites contrariétés qui peuvent fréquemment arriver au quotidien mais qui sont pourtant considérées comme yissourim; et rappelle ainsi que les yissourim ne sont pas forcément des grandes souffrances. Il commence à parler de la midat hadine, de la notion de téchouva et de deux types de relations que nous pouvons avoir avec Hachem.