En quoi le mot Adar et l'histoire de Rabbi Aquiva qui en une nuit a perdu les trois choses qu'il avait (un âne, un coq et une bougie) nous indiquent-ils comment être toujours joyeux ?