Au début de ce cours, Rav Cohen annonce qu’il va parler de la hachga’ha pratit (Providence divine) et de la sim’ha (joie) ; et qu’il va montrer -à partir d’un passage du Ein Yaacov concernant deux récits rapportés dans la Guémara Taanith- le lien qui existe entre ces deux notions. Il explique en quoi consiste la hachga’ha pratit d’Hachem ; et il montre l’importance de croire en celle-ci, disant -entre autres- que lorsqu’on a véritablement conscience de cette intervention d’Hachem dans le monde, on ne peut qu’être joyeux. Il commence à raconter le premier récit dont il voulait parler…