A l'occasion de la Hiloula de notre maître Rabbi Mechoulam Feish SEGAL LOWY "DE TOSH", l'équipe Torah-Box est heureuse de vous faire découvrir très brièvement son parcours de vie. Celui qui parle du Tsadik de jour de sa Hiloula, celui-ci priera pour lui ! Allumez une bougie et dites "Likhvod haRebbe mi-Tosh, zékhouto taguèn 'alénou" puis priez. Que son mérite protège tout le Klal Israel, Amen !

Rabbi Méchoulam-Feish Loewy était le fils aîné de Rabbi Mordékhaï Loewy, rabbin de la localité de Damatch en Hongrie. En 1944, à la fin de la Seconde guerre mondiale, l’Admour et son épouse s’installèrent au Canada, où le Rabbi rétablit la cour ‘hassidique fondée par son grand-père, dont il porte le nom. Il résida d’abord à Montréal, où il fonda sa maison d’étude fréquentée par des centaines de ‘Hassidim, et ainsi, cette ‘Hassidout renaquit de ses cendres.

Quelques années plus tard, l’Admour conçut le plan de transférer son centre de ‘Hassidout, situé dans la grande ville de Montréal, vers une localité calme et pastorale. Eloignée de la ville, à une distance de 30 kilomètres de Montréal, il fonda la Kiriat Tosh, où il inculqua à ses disciples un mode de vie semblable en tous points à la vie dans la localité où résidaient ses ancêtres en Hongrie.

À Kiriat Tosh, au fil des ans, on construisit d’importants établissements scolaires, pour tous âges : des institutions pour filles et garçons, une Yéchiva Kétana et Guédola, un abattoir, un Mikvé, et toutes les infrastructures nécessaires à une communauté juive. De nos jours, environ 400 familles vivent à Kiriat Tosh.


Admiré par tous

L’Admour de Tosh aimait et poursuivait la paix, et fuyait les discordes comme la peste. Il était réputé pour son amour de tout Juif, et avait l’usage de distribuer d’immenses sommes à la Tsédaka. Il était admiré de tous, et des Juifs de tous les milieux affluaient vers sa cour ‘hassidique. Des milliers de ‘Hassidim des Etats-Unis et du Canada avaient l’usage de se rendre régulièrement chez l’Admour, en particulier les Chabbath et jours de fête, pour observer son visage rayonnant et obtenir une Brakha. Parmi ses visiteurs, on comptait nombre de ‘Hassidim affiliés à des ‘Hassidout différentes, et même des Lituaniens, des hommes d’affaires, des Séfarades ou Ashkénazes.

Même l’Admour de Skvira, qui interdisait à ses disciples de passer le Chabbath en-dehors de leur ville, fit exception pour la localité de Kiriat Tosh et encourageait ses ‘Hassidim à rendre visite au vénérable Admour.

« Le service divin de l’Admour était réalisé avec un admirable dévouement », relatent ses disciples, expliquant que jusqu’à ses derniers jours, il veillait scrupuleusement à achever chaque jour la lecture de l’intégralité du livre des Psaumes. Il consacrait la majorité de sa journée aux trois prières qui duraient de longues heures. Après avoir longuement prié la Téfila du soir, il se permettait de manger quelque chose, un repas qui faisait office à la fois de petit-déjeuner, de déjeuner et de dîner.


On parle du Rebbe dans cette extraordinaire histoire


Ses fils et gendres : des Rabbanim

En 1999, son épouse, la Rabbanite ‘Hava décéda. Elle était la fille du Tsadik, Rabbi Yéhoudale Weingarten, et l’arrière-petite-fille de l’illustre Rabbi Elimélekh de Lizensk.

Après le décès de l’épouse de sa jeunesse, l’Admour se remaria avec la veuve de Rabbi Avraham Its’hak Heuer, décédé dans sa jeunesse après s’être perdu dans les montagnes des Catskills, dans la région du New Hampshire.

L’Admour de Tosh a eu deux fils : l’un, Rabbi Mordékhaï, décédé en 5758, à l’âge de 50 ans seulement, ainsi que Rabbi Elimélekh, qui fait office de Rabbi de Kiriat Tosh et la dirige concrètement selon les instructions de son père qui l’a formé à ce rôle dans ses dernières années. Rabbi Elimélekh a hérité la position de son père et est devenu Admour.

Les gendres de l’Admour sont également Admourim : Rabbi Avigdor Daniel Fish, l’Admour d’Odessa-Williamsburg ; Rabbi Yossef Meyer, Admour de Lizensk-Monsey ; Rabbi Avraham Kats : dirigeant de la communauté Michkénot Léabir Ya’acov à Monsey, et Rabbi Yossef Yéra’hmiel Cahana : Roch Collel à Kiriat Tosh.

L’Admour, l’un des plus anciens Tsadik de la génération, a été hospitalisé dans ses dernières années dans divers centres médicaux au Canada. Depuis le mois d’Adar 5768, où il a contracté une grave pneumonie, sa santé s’est détériorée.

De nombreuses prières ont été organisées pour sa guérison dans de nombreux centres de population orthodoxes, surtout aux Etats-Unis et au Canada, dont les communautés lui vouaient une admiration sans bornes, étant l’un des anciens Tsadik de la génération. Le nom de « Rabbi Méchoulam Fish ben Tsirel » a été mentionné par grands et petits pendant les deux dernières années de sa vie, où sa santé connut des hauts, mais surtout des bas.

Quelques semaines après avoir contracté la pneumonie et alors que sa vie était en danger, l’Admour se remit et retourna chez lui dans la localité canadienne, mais il était désormais faible et son état de santé se dégrada. Lorsqu’il apparut en public à Pourim de l’an 5768, après une période d’hospitalisation, on entendit dans le grand Beth Hamidrach des pleurs de joie, et ce moment fut décrit comme un miracle de résurrection des morts. « Nous avons récité la bénédiction de Chéhé’héyanou avec le Nom Divin », confièrent ses disciples.

Depuis lors, il a connu des hauts et des bas et a participé au repas de fête du mariage de son arrière-petite-fille. Son état s’est depuis lors dégradé et il a été dans un état critique. A son chevet, les membres de sa famille ont lu le Chéma'.

Rabbi Méchoulam Fish Loewy est décédé le 28 Av 5775 à l’âge de 93 ans et est inhumé au cimetière local de Kiriat Tash.

Que son âme soit reliée au faisceau de la vie.

Cliquez-ici pour demander une bénédiction en l'honneur du Rabbi de Tosh