Entre la Torah et l'art, il y a des points communs, et -bien entendu- de grandes différences. Quels sont les points communs ? La Torah a-t-elle déjà refusé le corps ? Pourquoi ? En quoi (et pourquoi) la Torah est-elle assez méfiante vis-à-vis de l'art ? En quoi la faute de Moché Rabbénou (lorsqu'il a frappé le rocher) était-elle si grave ? Que dit le Imré Moché à ce propos ? En quoi ce commentaire permet-il de mieux comprendre la méfiance évoquée précédemment ? Comment se fait-il que, très souvent, les grands artistes soient des athées ?