Roch ‘Hodech est un peu aux mois ce que Roch Hachana est à l’année !

En fait, Roch ‘Hodech marque le début de chaque mois du calendrier juif. Il s’agit de mois lunaires (qui correspondent donc à la durée d’une révolution lunaire, soit 29,5 jours environ)

Le peuple juif est d’ailleurs comparé à la lune : au cours de son histoire, Israël a connu des périodes très sombres. Cela correspond à la nouvelle lune, lorsque la lune est invisible depuis la terre. Mais dans cette obscurité, nous ne perdons jamais l’espoir, car notre lumière ne s’éteint jamais : la lune va réapparaître.

Roch ‘Hodech, techniquement

Chaque mois du calendrier juif dure le temps d’une lunaison. Cependant comme la durée totale d’une lunaison est d’environ 29.5 jours et qu’un mois doit nécessairement commencer au début d’une journée et pas en plein milieu, certains mois comportent 29 jours, d’autres 30 jours. À la fin d’un mois de 30 jours, le 30ème jour du mois sortant et le premier jour du mois suivant sont tous deux des jours de Roch ‘Hodech. Après un mois de 29 jours, seul le premier jour du nouveau mois est un jour de Roch ‘Hodech. Comme tous les jours du calendrier juif, Roch ‘Hodech commence à la tombée de la nuit du jour précédent.

De nos jours, en l’absence du Temple de Jérusalem, les jours de Roch ‘Hodech sont déterminés par le calcul. Mais à l’époque du Temple, Roch ‘Hodech était proclamé par le Grand Sanhédrin qui siégeait dans la Chambre de la Pierre Taillée (Lichkat Hagazit), dans le Temple, sur la déclaration de deux témoins.

Le rituel de Roch ‘Hodech

A l’époque du Temple, le rite sacrificiel était enrichi de sacrifices d’animaux supplémentaires : le Korban Moussaf, et de sonneries de trompettes.

De nos jours, le Korban Moussaf est « remplacé » par la prière de Moussaf. Une prière spécifique à Roch ‘Hodech. (Les jours de Chabbath, de fêtes, et de demi-fêtes comportent également une prière supplémentaire de Moussaf, mais elles sont différentes de celle de Roch ‘Hodech)

Les ajouts spécifiques à Roch ‘Hodech dans la prière

  1. Dans chacune des trois prières quotidiennes (‘Arvit : la prière du soir, Cha’harit : la prière du matin, et Min’ha : la prière du soir) ainsi que dans le Birkat Hamazon (bénédiction récitée après chaque repas comportant du pain) nous insérons un paragraphe spécial qui commence par les mots Ya’alé Véyavo.
  2. Après la prière du matin, nous ne récitons pas les supplications habituelles.
  3. Nous récitons le Hallel abrégé. (Une série de Psaumes de louange)
  4. Après le Hallel, nous sortons un Séfer Torah. Quatre fidèles montent à la Torah, les uns après les autres. Le ministre officiant lira la section relative aux sacrifices offerts  le jour de Roch ‘Hodech. (Les Nombres, Chapitre 28)
  5. Après la lecture du Psaume du jour, nous lisons le Psaume 104 qui contient une allusion à Roch ‘Hodech : « Il a fait la lune pour marquer les saisons. »
  6. Enfin, nous ajoutons la ‘Amida supplémentaire de Moussaf.

Les coutumes de Roch ‘Hodech

  1. Il est bon de prendre un repas plus festif qu’à l’accoutumé, avec du pain le jour de Roch ‘Hodech. Si ce jour tombe un Chabbath, il est bon d’ajouter un met supplémentaire en l’honneur de Roch ‘Hodech.
  2. Après avoir mangé, on insère le passage de Ya’alé Véyavo relatif à Roch ‘Hodech dans le Birkat Hamazon.
  3. Les femmes s’abstiennent de tâches ménagères les jours de Roch ‘Hodech, en particulier la lessive et la couture. En cas de nécessité, c’est leur mari ou un enfant qui fera la lessive. Cet usage est en vigueur même lorsqu’on lave le linge dans une machine à laver.
  4. On se souhaite ‘Hodech Tov ce jour-là : “Un bon mois !”.

Le Chabbath qui précède Roch ‘Hodech

Le Chabbath qui précède Roch ‘Hodech, est appellé Chabbath Mevarékhim , car on annonce et on bénit le nouveau mois. L’officiant précise le ou les jours de la semaine dans lesquels vont tomber Roch ‘Hodech. Il est de coutume d’indiquer le moment exact de la nouvelle lune, comme indiqué dans les calendriers.