Les gens ont souvent tendance à associer aux mots "détente" et "vacances" un certain relâchement par rapport au reste de l'année, visible par exemple dans une certaine manière de s'habiller ou d'utiliser le temps qui nous est octroyé. La Torah approuve-t-elle ce laisser-aller ? Pourquoi ? Comment prendre le repos dont nous avons besoin sans pour autant négliger notre 'avodath Hachem (service d'Hachem) ? En quoi ce que faisait Rabbi Zéra' lorsqu'il était fatigué d'étudier la Torah permet-il de répondre à cette question ? Comment devenir (et/ou rester) une personne heureuse ?