Lorsqu'Avraham Avinou arriva en Egypte, il dit au sujet de sa femme Sarah (pour la protéger et se protéger d'un danger) qu'elle était sa sœur. A ce propos, le Maharal explique que la relation entre un homme et sa femme doit être fraternelle, comparable à celle qui existe entre un frère et sa sœur. Pourtant, comme l'explique le Rav Dessler, le rapport entre un homme et sa femme ne doit pas être rendu public, contrairement au lien entre un frère et sa sœur qui, lui, ne doit pas être intime. Comment donc comprendre le commentaire du Maharal ? Selon ce commentateur, en quoi un couple est-il semblable à du tricot ? Comment cette comparaison nous permet-elle de comprendre qu'en vérité, on ne choisit pas son conjoint (ou sa conjointe) ? En quoi cette idée (apparemment très étonnante) est-elle indispensable à la réussitte d'un couple ?