Avez-vous déjà remarqué qu’avant le mariage, la qualité qui nous attire le plus chez notre futur conjoint nous dérange par la suite ?

J’ai vu souvent des filles peu sûres d'elles épouser des garçons avec une grande confiance en eux, puis venir ensuite me consulter après la ‘Houppa pour des problèmes de Chalom Bayit car elles n'arrivaient pas à exister dans leur couple.

Avant leur mariage, certaines apprécient que leurs fiancés les couvrent de cadeaux pour finalement, avec les années, leur reprocher d'être trop dépensier. Nous recherchons souvent ce qui nous manque chez l'autre, sauf qu'avec le temps, au lieu de vivre notre différence comme une richesse, elle devient source de dispute.

Pour ma part, je n'ai pas dérogé à la règle...

Lorsque j’ai rencontré mon mari, j'ai été impressionnée par son ‘Hessed (son dévouement). Il s'empressait pour chaque Mitsva et ne refusait jamais d'aider une personne en difficulté. Cela m'a subjuguée, et j'ai tout de suite su qu’il était le bon.

Sauf que voilà, une fois mariée, j'ai découvert le revers de la médaille. Un "Baal ‘Hessed" passe du temps en dehors de chez lui pour aider chacun. De mon côté, de par ma nature, être là pour ma famille et mes amis me suffisait largement et, avouons-le, j'étais certainement un peu possessive.

Très vite, ce qui nous avait unis pouvait nous séparer. Avec le temps, il risquait de me voir comme une égoïste, et moi de le voir comme un homme qui ne sait pas donner la priorité à sa famille.

Désirant ardemment réussir mon mariage et connaître l'harmonie dans mon couple, j'ai réalisé une profonde introspection. En étant ‘Hessed, mon mari était à l'image d'Hachem et réalisait Sa volonté. Après tout, ne dit-on pas que le monde tient sur la bonté ?

Par conséquent, si je n'arrivais pas à apprécier ce trait de caractère, c'est que je n'avais pas suffisamment travaillé mon intériorité.

Roch Hachana approchait et il fallait agir vite ! Devant un bon repas, nous avons longuement discuté et sommes arrivés à la conclusion suivante : pas question de se laisser happer par le Yétser Hara et de s'engouffrer dans la discorde. Si Hachem nous a demandé de nous marier, c'est qu'à travers notre conjoint, nous devons travailler nos Midot pour accéder à l'unité dans notre couple.
 

Maintenant, par où commencer ?

Vouloir tout mener de front mène droit à l'échec et au découragement, nous avons donc décidé que chaque année, nous prendrions sur nous une nouvelle Mitsva et travaillerions une Mida. Puis, la veille de Roch Hachana, nous nous réunirions pour apprécier ensemble nos progrès et pour déterminer nos prochains objectifs.

Une fois les fêtes terminées et ne sachant pas par où commencer, j'ai demandé conseil à ma Rabbanite qui m'a suggérée d'agir de la manière suivante :

1) Étudier la Mida dans des livres de Moussar tels que le Messilat Yécharim, le Or’hot Tsadikim ou encore le Mikhtav Mé-Éliahou.

2) Observer une personne de mon entourage qui possède la qualité recherchée, et m'en inspirer.

3) Prendre conscience des conséquences désastreuses que provoque ce défaut dans ma vie au point d'en être dégoûtée.

4) Prier et demander au Maître du monde de m’aider à m’améliorer.
 

Lisant sur mon visage mon découragement devant la charge de travail, elle me raconta l’histoire suivante :

Un homme méchant et aigri tomba un jour amoureux d'une jeune fille douce et délicate. Les traits de son visage reflétaient tellement son intériorité qu'il était certain qu'elle refuserait de le rencontrer.

Toutefois, n'arrivant pas à l'oublier, il se fit fabriquer un masque. Grâce à lui, la jeune fille penserait qu'il s'agit d'un homme doux et bon, et c'est en effet ce qui se produisit.

Une fois marié et ne voulant pas se faire démasquer par sa bien-aimée, il redoubla de gentillesse et d'attention à son égard.

Les années passèrent sans encombre, jusqu'au jour où son ennemi se rendit compte de la supercherie et s'empressa de tout révéler à sa femme. Lorsque cette dernière retira le masque de son mari, elle vit que les deux visages étaient identiques... A force de prétendre être gentil, il l'était devenu réellement car les actions d’un homme le transforment.
 

C'est le moment !

Tout au long de notre vie, nous nous confrontons à l'autre, subissons des vexations, des critiques et surmontons des difficultés, sauf qu'au lieu de voir la main d'Hachem et Son envie de nous voir grandir, nous le vivons comme des injustices et nous nous créons des carapaces telles que l'égoïsme, la colère, la jalousie ou la vanité.

Au lieu de nous protéger, ces traits de caractères nous empêchent de créer une relation véritable et sincère avec notre conjoint, nos enfants et nos amis, mais surtout avec notre Créateur.

Alors profitons du mois d’Eloul, mois de l'introspection, pour passer une soirée en tête à tête avec notre conjoint afin de définir, ensemble, nos objectifs pour l’année à venir !