Généralement, les problèmes d'éducation surgissent entre 13 et 18 ans. A cette période de la vie, l'enfant qui, jusque-là, donnait entière satisfaction se met par exemple à ne plus vouloir étudier la Torah. De nos jours, nous voulons tout obtenir immédiatement, au point que nous n'avons parfois même plus la patience d'attendre quelques heures pour que notre montre soit réparée, ni même de prendre quelques minutes pour composer un numéro de téléphone. Ce "robotisme", cette volonté d'avoir tout de suite, influe en mal sur l'éducation des enfants, au point qu'ils risquent d'en arriver à ne voir les mitsvot que comme des obligations, des règles auxquelles il n'ont pas d'autre choix que de se conformer, trop lourdes à assumer pour eux, et dont ils voudraient bien être débarassés. En quoi le fait de montrer à un enfant qu'on l'aime est-il non seulement indispensable à son éducation, mais aussi fondamental pour réussir celle-ci ?