Au début de ce cours, Rav Attia rappelle le danger de l'extrémisme, montrant notamment que la Torah a établit une hiérarchie dans les avérot (que certaines transgressions sont plus graves que d'autres). Il annonce qu'il va parler de trois thèmes différents: le cinéma, les films et la musique goy. Il explique la nécessité d'établir une échelle de valeur, montrant -entre autres- que cela est indispensable pour rester crédible. Il définit la maturité, disant notamment qu'une personne mure n'a pas besoin d'être constamment surveillée ou menacée pour faire ce qu'elle doit faire. Il commence à expliquer la nocivité de certains films ou certaines chansons, rappelant - entre autres- que la force du yétser hara est le coa'h hadimyone (la force de l'imaginaire).