Ce soir, c’est l’anniversaire du jour où Benjamin et moi nous sommes rencontrés pour la première fois. Je m’en souviens comme si c’était hier : c’était pendant une rude journée d’hiver où il n’avait pas cessé de neiger. J’ai un sourire en pensant à la gaffe qui fut à l’origine de notre rencontre.

J’étais invitée à allumer les bougies de ‘Hanouka chez les grands-parents de mon amie Laura. Lorsque je suis arrivée chez eux, sa grand-mère que je connais depuis des années m’a ouvert les bras chaleureusement : “Emma, comme cela nous fait plaisir que tu sois venue, par ce temps neigeux ! Laura arrive dans quelques minutes, mets-toi à l’aise, enlève ton manteau, je vais te chercher un thé avec des petits gâteaux pour te réchauffer. Les boules au miel ne sont pas encore prêtes, mais ça sera pour après l’allumage des bougies, un peu de patience…”.

Je m’assis, et lorsque je m’approchais pour saluer le grand-père de Laura, le voilà qui fit une mine grincheuse : “Tu te rends compte, la télé ne marche pas depuis 4 jours ! J’ai raté toutes les émissions de La famille en Or et du Juste Prix. Ça me rend malade… et le pire, c’est que je ne regarde pas non plus les infos. Si ça se trouve, c’est la guerre partout dans le monde et moi je ne suis pas au courant…!”.

Le pauvre, il m’a vraiment touché par l’angoisse qu’il laissait transparaître. Je lui dis gentiment qu’il peut se rassurer, qu’il n’y a pas de guerre actuellement et qu’il pourra manger ses boules au miel tranquille... Un grand-père Ashkénaze toujours angoissé et une grand-mère tunisienne chaleureuse qui bouillonne de positivité, voilà le couple original que formaient les grands-parents de Laura ! A ce moment-là, la porte sonnait et il me fit signe d’ouvrir en disant : “Ça doit être le technicien”.

Lorsque j’ouvris la porte, je tombais sur un grand jeune homme très élégant que je pris tout de suite pour le “technicien”. Je m’adressais tout de suite à lui d’une façon très directe : “Bonsoir Monsieur, il faut vraiment que vous répariez la télévision de M. Rozenberg le plus rapidement possible ! Vous ne vous rendez pas compte pour lui ce que cela représente d’être plusieurs jours sans sa télévision, c’est son seul accès sur le monde ! Il ne sait même pas ce qui se passe dans le monde. Lorsque des personnes traumatisées dans leur chaire par la guerre sont sans nouvelle sur le monde, c’est dramatique ! Ça peut même être fatal. Vous devez employer tous les moyens pour l’aider !”

Le “technicien” me regardait avec un sourire en coin : “Enchanté, je suis le cousin de Laura, je suis content de savoir que quelqu’un se préoccupe tellement de mon grand-père…”
Il se tournait alors vers son grand-père et lui dit : “Papi, je t’en prie, arrête de te faire du mauvais sang toujours, ce n’est pas bon pour ton cœur et tes artères. Regarde, nous sommes tous réunis ce soir en famille, Mamie nous prépare des boules au miel, et tu es toujours aussi beau gosse que dans ta jeunesse…, dit-il avec un clin d’œil, alors Papi explique-moi pourquoi s’angoisser ?”

Je restais bête devant cette scène et, par la suite, je fus tellement touchée par la façon dont il s’occupait de ses grands-parents que je tombais littéralement sous le charme de ce garçon. C’était le début de notre histoire d’amour.

Le plus drôle, c’est que, quelques mois après nos fiançailles, Laura m’a avoué que tout avait été orchestré par sa grand-mère. Elle avait eu l'intuition que nous formerons un beau couple, et c’est pour ça qu’elle nous avait invités ensemble le même soir. Décidément, les grands-mères ont un sixième sens qui s’avère toujours très perspicace.

Tout ça, c’était il y a 3 ans, jour pour jour, et cette date du 22 décembre représente beaucoup pour moi.

Or, je me suis rendue compte que dès qu’il y a quelque chose d’important pour moi, une sorte d’enjeu, eh bien, c’est toujours un moment propice à une dispute avec Benjamin. Donc, qu’à cela ne tienne, je vais m’y prendre en avance et je vais appeler ‘Hanna pour lui demander comment je dois me préparer au mieux à la soirée de ce soir, si elle avait des conseils particuliers.

-       Comment te préparer à votre anniversaire de rencontre ? Eh bien, comme toutes les dates importantes : pars du principe que ça va être nul !”

La réponse de ‘Hanna était totalement surprenante ! Comme toujours d’ailleurs... mais on dirait que je n'arriverais jamais à m’habituer à son anticonformisme !

-       Pourquoi je dois me dire que ça va être nul ? Je ne comprends rien !

-       C’est simple. Si tu as beaucoup d’attente de cette soirée, tu as aussi toutes les chances d’être déçue. A l’inverse, si tu ne t’attends à rien, le moindre petit geste sera pour toi une réelle source de satisfaction !
Et d’ailleurs, c’est vrai pour tout dans la vie. Si tu vas à une soirée et que tu te dis en avance “c’est sûr, ça va être génial”, le moindre défaut pendant la soirée va te décevoir et te mener à une grande contrariété.
Je me souviens encore d’une femme de ma communauté qui s'apprêtait à partir pour les vacances d’hiver et qui jasait devant tout le monde en racontant : “On part deux semaines à l’Île Maurice, dans un hôtel 5 étoiles, avec pension complète et mini-club pour enfants. Ça va être extraordinaire !”. Elle n'arrêtait pas de faire des envieuses autour d’elle, moi y compris, je dois t’avouer…
Puis, la pauvre, quand elle est revenue de ses vacances “paradisiaques” avec un teint blafard, elle ne faisait que se plaindre : “Oh, c’était épouvantable comme séjour ! La nourriture était mauvaise, les enfants ont passé leur temps à dire qu’ils s’ennuient. Et en plus, l’agence de voyages ne nous avait pas prévenus que c’était la saison des pluies ! Nous avons passé notre temps enfermé dans la chambre à jouer au Scrabble.”
Le pire, Emma, c’est que j’ai eu un fou rire quand elle a dit ça ! Parce que nous, ma famille et moi nous avons aussi passé notre temps à jouer au Scrabble pendant nos vacances, mais nous en étions ravis ! En fait, nous sommes partis en vacances à la campagne, près de Metz, et du coup, on ne s’attendait à rien de spécial… Donc, quand finalement nous avons eu la chance d’avoir quelques rayons de soleil et que nous avons pu jouer au ballon en famille - ce qui nous changeait un peu du Scrabble -, nous étions aux anges !
Plus tu as des attentes, plus tu seras déçue. C’est aussi simple et logique que ça. Si tu te dis : “J’espère que Benjamin va organiser une belle sortie, m’emmener dans un beau restaurant et m’offrir un joli cadeau”, et qu’il manque un de ces 3 éléments, tu feras la tête toute la soirée, n’est-ce pas ?

-       Euh oui, j’avoue… mais juste une chose ‘Hanna, j’ai surtout peur que Benjamin ne se souvienne pas du tout que c’est notre anniversaire de rencontre.

Elle explose de rire !

-       Oui, il y a de fortes chances ! Les hommes sont beaucoup moins marqués par les dates que les femmes, en général. C’est d’ailleurs pour cette raison, car nous sommes plus reliées au temps de façon naturelle, que nous sommes dispensées des Mitsvot liées au temps. Nous n’avons pas besoin de ce genre de signe de rappel, tu comprends ?

-       Ah, Benjamin n’est pas le seul dans ce cas ?

-       Mon mari, à chaque démarche administrative, doit sortir son calepin pour noter les dates de naissance des enfants. Tant qu’il n’oublie pas leurs prénoms, je pense qu’ils ne lui en veulent pas du tout !

-       Ah ! Ah ! Mais il y a quelque chose qui me dérange : si je dois lui rappeler à chaque fois les dates importantes, qu’en est-il du romantisme ?

-       Ah non Emma ! Je t’en prie, ne fais pas comme ces femmes qui attendent au tournant leurs maris au nom du sacro-saint “romantisme”. C’est tout sauf romantique comme attitude ! Ce qui est “romantique” dans la vie, c’est de prévenir tous les problèmes qui pourraient survenir en apprenant à connaître la nature de l’autre, et surtout en l’acceptant avec ses petites erreurs et ses grandes erreurs. Ça, c’est du romantisme !

Je pense que Roméo et Juliette seraient outrés par les propos de ‘Hanna, mais quand j’y pense, leur romantisme les a menés à la mort, tandis que les conseils de ‘Hanna menaient à la vie.

J’appelais donc Benjamin pour lui rappeler la date fatidique d’aujourd’hui.

-       Ah oui, bien sûr que je m’en souviens ! Le 12 décembre, comment oublier une date tellement importante. Je passe te prendre vers 19h30 au bureau pour aller au restaurant

-       Super, à tout à l’heure. Par contre Benjamin, c’est le 22, pas le 12…

-       Euh... oui... bien sûr, dit-il un peu gêné, c’est ma langue qui a fourché...

Décidément, qu’ils soient rabbins ou traders, les hommes ont bien des choses en commun !

En début de soirée, Benjamin passe me prendre, et lorsque je descends, j'aperçois dans le coffre un gros paquet-cadeau, ce qui me donne des lueurs d’espoir sur cette soirée. Mais je me reprends tout de suite ! Après tout, ‘Hanna m’avait conseillé de me préparer à ce que ce soit nul !
Et voilà que, dans la voiture, Benjamin me dit d’un air un peu gêné :

-       Je suis désolé, je n’ai pas réussi à réserver un bon restaurant, tout était complet. Du coup, ça ne te dérange pas si on va au falafel en bas la maison…? J’espère que tu n’es pas déçue ?

-       Tout sera très bien, ne t’en fais pas. L’essentiel c’est qu’on passe une soirée ensemble, peu importe le cadre ou le menu.

Merci ‘Hanna, sans toi, cette réponse me serait peut-être sortie du bout des lèvres, mais pas du fond du cœur...

Le dîner s’est avéré au bout du compte très agréable et très sympathique. Et même au moment où le serveur m’a tendu une lingette pour que j’essuie moi-même la table, je ne l’ai pas mal pris du tout ! Benjamin a quand même rattrapé le coup en me prenant la serviette des mains pour essuyer lui-même la table. “Tu dois honorer ta femme plus que toi-même, m’a dit un jour le mari de ‘Hanna”, dit-il en frottant les restes de houmous sur cette table jaunie.

Et voilà que Benjamin sort et revient avec ce gros paquet en main. “Wouaw ! Qu’est-ce que ça peut bien être !”

J’ouvre le paquet, et voilà que je découvre un robot électrique. Les larmes me montent aux yeux de déception. Mais je me reprends tout de suite, en me disant que j’avais fait tout un travail sur moi pour m’attendre à un cadeau nul, voire pas de cadeau du tout ! Donc du calme !

Et voilà que Benjamin m’explique le sens de son cadeau.

“J’ai étudié cette semaine avec le mari de ‘Hanna que la femme juive est comparée au Cohen Gadol : tout comme lui s’immergeait dans le Mikvé avant de rentrer dans le sanctuaire, elle se trempe au Mikvé ; tout comme il allumait la Ménora, elle allume les bougies de Chabbath ; et tout comme il honorait les pains sur la Table du sanctuaire, elle se charge de faire les ‘Hallot et d’en prélever un bout pour faire la Mitsva de Hafrachat ‘Halla. Le mari de ‘Hanna m’a expliqué l’importance de cette Mitsva, qui t’est entièrement réservée et qui fait rentrer la bénédiction dans notre maison. C’est pour ça que je t’ai acheté ce robot. Il te permettra de réaliser cette Mitsva avec autant de facilité que possible. Et en plus, nos enfants, le Chabbath, auront le goût du pain brioché de leur maman. Sans pression bien sûr, tu le feras quand tu peux ! Mais, grâce à toi, cela rajoutera des rayons de Kédoucha (sainteté) dans notre maison.”

Je n’aurais jamais cru que de recevoir un robot-électrique avec de si belles explications pouvait provoquer chez moi une telle émotion positive dans le cœur… Si un jour on m’avait dit que je pleurerais de joie à l’idée de recevoir un robot-électrique, je n’en aurais jamais cru mes oreilles. J’aurais sûrement rétorqué : “Mais quel cadeau qui manque de romantisme !”. Mais ce soir, c’est la Torah qui m’a donné la plus belle leçon de romantisme.

Commandez en avant-première le livre Le Journal d’Emma !  Le livre qui compile les tous les épisodes de la série (avec des épisodes exclusifs), et en supplément Le Guide de ‘Hanna qui résume tous ses précieux conseils ! Pour cela, envoyez un mail à : entrefemmes@torah-box.com