“Hachem est notre plus grand médecin ! Je veux témoigner, je dois témoigner... C’est ce que je me répète en boucle depuis quelques jours, sans trop savoir quand le faire ni comment m’y prendre. Ceux qui me connaissent savent combien je souffre de douleurs intenses au niveau du dos depuis de nombreuses années. Il s’agit d’une douleur qui ne me laisse aucun répit et m’accompagne dans toutes mes tâches quotidiennes. 

Lorsque je vivais en France, je consultais deux fois par semaine une kinésithérapeute qui parvenait à atténuer ma douleur, mais en arrivant en Israël, bien qu’ayant frappé à la porte de nombreux spécialistes avec mon époux, je n’ai pas réussi à trouver de personne susceptible, sinon de me guérir, au moins de me soulager de ces douleurs invivables. Quotidiennement, j’ai commencé à prendre des antidouleurs à raison de 6 par jour environ, sans d’autres résultats que d’affreuses brûlures d’estomac... 

Avant de poursuivre, il est de mon point de vue important de préciser que je suis issue d’une famille peu pratiquante et qu’il a fallu du temps avant que je puisse me construire en tant que jeune fille juive pratiquante, puis en tant que femme mariée. Ayant le souci de me hisser à la hauteur de mon époux ainsi que de me renforcer dans la pratique de la Torah et des Mitsvot, je me suis attelée à faire rayonner la lumière d’Hachem dans notre foyer. C’est ainsi que progressivement et encouragée par mon époux, j’ai commencé à réciter les Brakhot (bénédictions) du matin, en plus des autres résolutions que j’avais déjà prises sur moi des années auparavant. 

Et puis, il y a quelques jours, une amie qui était au courant de mes problèmes de dos m’a téléphoné. Au cours de la conversation, et alors que je lui faisais part de ma difficulté à supporter la douleur au quotidien, elle m’a demandé si je savais que la prière de la ‘Amida pouvait être un remède efficace pour soulager mes douleurs. Je n’y avais jamais songé à vrai dire... Une fois la conversation terminée, mon époux (qui a certainement entrevu ici l’opportunité de me voir prendre sur moi la Téfila du matin en plus des Brakhot) s’est empressé de sauter sur l’occasion et de me donner les explications kabbalistiques propres à la ‘Amida

Après quelques jours de réflexion, je décidai donc Chabbath dernier de réciter le Chéma’ Israël et la ‘Amida, conformément à ce qui est demandé aux femmes juives qui ne sont pas tenues de prier autant que les hommes, dans la mesure où nous, les femmes, excellons dans la pratique du dialogue spontané avec Hachem - la Hitbodédout.

Et l’improbable se produisit… Aussi incroyable que cela puisse paraître, depuis ce fameux Chabbath où je prie chaque jour la ‘Amida, je n’ai pas eu à prendre un seul médicament ! Les nœuds que je sentais rouler en bas de mon dos ont totalement disparu, emportant avec eux la douleur insoutenable dont je souffrais quotidiennement depuis des années, sans un seul jour de répit !

Une personne m’a fait remarquer qu’en hébreu, les termes “Amida” et “Amoud Hachidra” (“colonne vertébrale”) provenaient de la même racine : עמד.

En prenant sur moi de réciter la ‘Amida chaque jour, ma colonne vertébrale a guéri !

Il est écrit dans Chir Hachirim Rabba (5,3) : « Ouvrez-Moi une porte de Téchouva grande comme le chas d’une aiguille et Je vous ouvrirai une porte par laquelle des charrettes et des carrosses pourront entrer » ! 

Merci Hachem…

Témoignage Anonyme 

Vous aussi ! Racontez-nous l’histoire incroyable qui vous est arrivée, afin que nous puissions la publier. Envoyez votre récit à entrefemmes@torah-box.com