Question d'une internaute : Après la naissance de mon premier enfant, nous avons décidé, d'un commun accord avec mon mari, que je ne retournerai pas travailler afin de pouvoir me concentrer sur l'éducation de nos enfants. Aujourd'hui, mes enfants ont grandi, mais, moi, je suis encore à la maison et je souhaiterais vraiment retravailler pour m'aérer l'esprit et aussi me stimuler.

Mais je ne me sens pas capable de chercher un travail, car qui voudrait d'une femme qui a tout laissé de côté au niveau professionnel pendant 15 ans ! Je ne me sens pas du tout à la hauteur !

Je ne regrette aucunement mon choix, mais je dois avouer être angoissée par cette situation... Comment puis-je m'y prendre ?
 

Réponse de Mme Nathalie Seyman :

Vous vous êtes consacrée à l’éducation de vos enfants durant quinze ans, Kol Hakavod !!! On ne peut pas décider d’un meilleur choix si la possibilité nous en est offerte. Aujourd’hui, vous avez décidé de vous remettre dans la vie professionnelle, et, encore une fois, bravo pour votre courage ! En effet, il n’est pas facile de sortir de sa zone de confort, mais, une fois celle-ci franchie, vous ressentirez un fort sentiment d’accomplissement personnel. Aujourd’hui, malgré cette décision, vous éprouvez un manque d’assurance, la peur de l’inconnue, ou encore l’angoisse d’être devenue complètement inapte au monde du travail et à la vie sociale. Suis-je toujours opérationnelle ? Comment surmonter tout ça ? Et surtout par où commencer ?
 

Transformez votre congé parental en atout

Commencez par actualiser votre CV. Surtout, ne considérez pas votre congé parental comme une « pause ». Vous êtes-vous vraiment sentie en pause durant tout ce temps ? C’est une période de votre vie où vous avez pris le temps de vivre pour votre famille et où vous avez gagné en connaissances sur quantité de sujets : médical, éducatif, administratif… En effet, il s’agit d’un vrai travail que vous devez mettre à profit dans votre CV !

Patience, écoute, organisation, fiabilité, capacité de travail, gestion des priorités, sens de l’initiative sont autant de qualités et d’aptitudes acquises durant ces années qu’il va vous falloir mettre en avant.

Mentionnez les activités qui vous ont permis de rester au contact de vos objectifs : formation, auto-formation, bénévolat…

Servez-vous de la lettre de motivation pour dissiper les probables inquiétudes d’un futur employeur : anticipez ses questions en y répondant dans votre lettre de motivation pour lever ses doutes. En parallèle, rassurez-le en mettant en valeur vos envies, vos ambitions et vos disponibilités à présent que vos enfants sont grands ! Ne reniez pas votre congé parental. Revendiquez-le comme un moment privilégié, important pour vous, et qui participe aujourd'hui à votre équilibre personnel. A présent, vous avez mis vos compétences à jour et êtes désormais prête à retravailler. La meilleure façon d’être un bon employé est d'être toujours bien dans sa tête et surtout bien dans sa vie. Vous avez réussi l’éducation de vos enfants, aujourd’hui, vous pouvez vous consacrer à d’autres projets et votre futur employeur ne pourra en être que satisfait !
 

Reprenez en douceur

Posez-vous, prenez votre temps pour décider de votre direction à suivre. Voulez-vous reprendre votre ancienne activité ? Ou préférez-vous profiter de cette occasion pour vous réorienter ? C’est d’ailleurs souvent à cette période que l’on souhaite changer de voie professionnelle et donner un nouvel élan à sa carrière. Vous pouvez ainsi reprendre tout d’abord par une formation. Réfléchissez à vos centres d’intérêts, vos envies et votre savoir-faire. Tout est possible, ne vous mettez pas de barrières !
 

Persévérez

Peur d’échouer ? Le simple fait de tenter est une réussite, donc ne baissez pas les bras si tout ne se passe pas tout de suite comme vous le voulez ! Vous pouvez mettre un peu de temps à trouver un travail. Et lorsque vous en trouverez un, il vous faudra une période de réadaptation et tout ne sera pas facile dès le début. Les habitudes familiales vont être bousculées. Un nouveau rythme s’installera. Si vos premières expériences professionnelles ne fonctionnent pas, ne vous découragez pas. Tout cela est normal. Répétez-vous la citation du Roi Salomon : « Le juste tombe sept fois, et il se relève ». Elle nous apprend que le plus important dans la vie, c’est l’aptitude à se relever après un défi. Pour la Torah, le juste n’est pas celui qui a atteint le sommet, mais celui qui a su persévérer pour y parvenir. Vous avez accompli le plus difficile, à présent, il ne vous reste plus que le plus simple !

Béhatsla’ha !

Si vous avez une question à poser à la psy, envoyez un mail sur l'adresse suivante entrefemmes@torah-box.com. Mme Seyman essaiera d’y répondre et la réponse sera diffusée de façon totalement anonyme.