J’adore ma soeur et j’aime passer du temps avec elle, mais en ce moment, impossible de la voir ! Tous ses week-ends sont réservés à une nouvelle activité-tendance : l’EVJF ! C’est un terme qui fait partie du langage courant aujourd’hui. On enterre la vie de jeune fille. Car comme me dit ma soeur : “Ce n’est pas tous les jours que mon amie se marie !”

EVJF, c’est la fête !

Aujourd’hui, les formules sont nombreuses pour faire la fête et vivre un moment inoubliable. Il y en a pour tous les goûts, tous les âges et tous les genres.

Il y a les activités “girly” où on se fait chouchouter le temps d’une journée. Pour les sportives, ce sont des activités à sensation pour marquer le coup. Et de plus en plus de filles s’envolent le temps d’un week-end découvrir une nouvelle ville, voire un nouveau pays.

Qu’est-ce qui diffère de la fête d’anniversaire ? En réalité pas grand chose. Si ce n’est le budget EVJF qui est bien plus élevé que pour un cadeau classique. Et gare à celles qui auraient des fins de mois serrés !

Un drôle de concept

Et que reste-t-il de cette soirée une fois le mariage passé ? Les souvenirs d’une fête entre amies. Du même niveau que les sorties en bande ou les vacances entre copines. Finalement, l’EVJF s’apparente à un week-end en version améliorée.

J’ai toujours trouvé ce terme d’“enterrement” un peu lugubre… Comme si la vie s’arrêtait ! Saviez-vous qu’initialement, il s’agissait véritablement d’une cérémonie d’au revoir car l’homme à qui “on passait la corde au cou” tenait à passer sa dernière nuit de célibataire dans la débauche et la beuverie ? Le mariage à cette époque était pour ces messieurs un passage obligé et non l’une des étapes les plus attendues de la vie !

Pas très romantique tout ça…

Le Mikvé, un moment sacré

Croyez-vous réellement qu’Hachem aurait “oublié” de marquer ce moment si fort de la vie d’une femme ? Bien-sûr que non ! Mieux… la fiancée célèbre ce moment incroyable par l’un des événements les plus sacrés qui existent dans ce monde : l’immersion au Mikvé !

L’immensité de cette Mitsva est telle, qu’elle seule peut rendre une femme apte à accéder au statut d’épouse. Voilà un moment d’une rare intensité qu’il faut savoir célébrer !

Dans son magnifique livre “La sagesse féminine”, le Rav Arrouch décrit le Mikvé des femmes comme l’une des choses les plus spirituelles que le Créateur nous ait données dans ce monde. En se trempant dans le Mikvé, on se prépare à s’unir à une autre Néchama (âme), mais cela nous renforce également dans notre lien avec Hachem. Car ce moment unique est source de nombreuses bénédictions. D’après la Kabbale, l’eau représente le ‘Hessed (la bonté). En entrant dans l’eau pure du Mikvé, on s’immerge littéralement dans la bonté du Maître du Monde.

Une célébration pour la vie !

C’est pourquoi il est d’autant plus important de célébrer le Mikvé d’une Kala, soit le premier Mikvé d’une femme.

Contrairement au plaisir éphémère d’un EVJF, accompagner la Kala à son premier Mikvé est une joie durable dont on se souvient avec émotion toute sa vie ! Et contrairement aux sorties d’EVJF qui rassemblent uniquement copines et sœurs du même âge, au Mikvé toutes les générations de femmes se retrouvent pour cette soirée si spéciale ! La plupart des Mikvaot aujourd’hui possèdent une salle spécialement prévue pour y faire la fête. On pourra accompagner le moment de musique, bien sûr de douceurs sucrées (beaucoup se surpassent dans les pâtisseries orientales mais libre à la mariée de choisir les mets qui lui plaisent !). Pendant la fête, les coutumes marquent le temps fort de la soirée : des plus solennelles aux plus drôles ! On danse, on s’enlace, on partage des rires qui accompagneront la mariée tout au long de sa vie d’épouse. Il y a un sentiment si fort qui se dégage de ce moment, quand on lit l’amour sur le visage de la maman, la joie sincère des amies, les larmes de fierté de la grand-mère... Sans parler des cadeaux qu’on remet à chaque participante pour que toutes aient le cœur rempli de joie !

Quelle émotion… Les modes passent mais la splendeur de cette Mitsva est éternelle et nous illumine au fil des générations.