Question de Anonyme :

Bonjour Rav,

Je suis jeune femme orthodoxe, issue d'école religieuse et de séminaires.

Je suis mariée depuis un an et mon mari est Avrekh.

Baroukh Hachem, tout se passe à merveille, mais il y a cependant une chose qui m'est très difficile depuis mon mariage, c'est la période de Nidda.

C'est une période qui m'est très difficile à respecter. Je n'arrive pas à vivre cette période avec la même intensité, la même chaleur, la même affection... C'est comme si j'en voulais à mon mari de ne pas pouvoir s'approcher trop de moi, alors que je sais que c'est comme ça et que je veux moi-même réussir à respecter correctement cette période !

Mais, malgré tout, cette distance est pour moi une vraie frustration, et malgré tous les efforts que j'essaye d'investir chaque mois, je n'arrive pas à respecter à 100% les lois de séparation.

Merci beaucoup Rav de votre soutien et dévouement.

Réponse de Rav Rahamim ANKRI :

Chalom,

Tout d'abord Kol Hakavod pour votre sincérité et votre courage, d'exprimer vos ressentis.

Vous me dites : "C'est une période qu’il m'est très difficile à respecter. Je n'arrive pas à vivre cette période avec la même intensité, la même chaleur, la même affection... C'est comme si j'en voulais à mon mari de ne pas pouvoir s'approcher trop de moi."

Il est vrai que cette période est difficile surtout si dans le couple tout se passe à merveille. Mais il faut savoir profiter de chaque moment avec votre mari. Il y a des moments où il faut se rapprocher physiquement, et d'autres ou l'on se rapproche moralement. Il est sûr qu'il est plus facile de régler une dispute, ou un mal entendu avec un petit cadeau et un petit câlin, mais il est encore plus fort de les régler lorsque l'on ne peut pas avoir de contact physique. Cela prouve que votre relation ne dépend de rien mais d'un amour sincère l'un envers l'autre. 

La vrai définition du bonheur est la quantité d'effort investit pour arriver à notre but. (Rav Desler Zatsa"l.)

Vous me dites aussi: "Je n'arrive pas à respecter à 100% les lois de séparation." Pour cela il faut être deux !

Votre époux a aussi un rôle à jouer dans cette situation. Il est vrai qu'il est interdit d'avoir un contact physique, mais vous n'êtes pas en quarantaine. Vous avez le droit de sortir ensemble, ou de partager un bon moment comme un bon repas ou autre.

Cette période est destinée à créer un lien fort et profond dans le couple, qui vous permettra de mieux vous connaître. Grâce à cette période vous gagnerez deux choses à court et long terme :

-  A court terme : apprendre à vous comprendre et à vous réconcilier sans contact physique, d'une façon vraiment sincère et sans aucune attente

-  A long terme : si D.ieu veut, lorsque vous serez grand père et grand-mère, cette relation que vous aurez développée durant cette période sera celle qui vous unira vraiment à tout jamais.

 Kol touv.

P.S: je vous invite à nous contacter par téléphone par l’intermédiaire du service Question au Rav, et de lire des livres à même de vous parler sur la notion de Kédouchat Habaït.

Les 10 dernières questions

Découvrez les 10 dernières questions posées aux Rabbanim de notre service "Question au Rav", qui permet à chacun de recevoir une réponse dans n’importe quel domaine du Judaïsme, en quelques jours.

Poser une question à un Rav