Aujourd'hui à Paris
07:23 : Mise des Téfilines
08:34 : Lever du soleil
12:44 : Heure de milieu du jour
16:53 : Coucher du soleil
17:45 : Tombée de la nuit

Paracha Vayichla'h
Vendredi 13 Décembre 2019 à 16:35
Sortie du Chabbath à 17:49

Afficher le calendrier
Logo Torah-Box
Projet dédié par un généreux donateur

Détails sur la Mitsva de Chiloua'h Hakèn

Rédigé le Mercredi 6 Septembre 2017
La question de Sion B.

Bonjour Rav,

Quels sont les détails essentiels à connaître pour accomplir la Mitsva de Chiloua’h Hakène ?

Merci beaucoup.

La réponse de Rav Gabriel DAYAN
Rav Gabriel DAYAN
17432 réponses

Bonjour,

Est-ce que la Mitsva de Chiloua'h Hakèn (renvoi du nid) est une obligation même si je ne suis pas intéressé par les œufs ?

1.  Si l’on aperçoit un nid, que doit-on faire ?

Lorsque l’on aperçoit un nid où se trouve la maman, il n’est pas obligatoire d’aller vers le nid pour la renvoyer, si l’on n’est pas intéressé par les œufs ou sur les oisillons. D’après certains, c’est une obligation.

Ceux qui pensent que c’est une obligation

L’auteur du ‘Havot Yaïr, question 67, pense que cela est obligatoire. Il en est de même pour le ‘Hakham Tsvi, question 83.

L’auteur du Pit’hé Tchouva, passage 1 ainsi que Rabbi Akiva Eïgger sur Choul'han ‘Aroukh Yoré Déa, chapitre 292 rapportent cette opinion. Dans la note 1 du Choul'han ‘Aroukh, édition Makhon Yéroushalaïm, il est mentionné que le ‘Havot Yaïr ne traite pas de cette question mais de l’obligation [ou pas] d’acquérir les oisillons si l’on renvoie la mère [voir ci-dessous, paragraphe 2].

Dans les références qui suivent, il apparaît que c’est une obligation :

Michné Lamélekh sur Rambam, Hilkhot Avadim, chapitre 3, Halakha 3,

Lévouch, Yoré Déa, chapitre 292, Halakha 1,

Birké Yossef, Yoré Déa, chapitre 292, passage 8,

Aroukh Hachoul’han, Yoré Déa, chapitre 292, Halakha 1-2,

Maharcham [responsa], volume 1, question 209,

Mor Ouktsia sur Choul'han ‘Aroukh Ora’h ‘Haïm, chapitre 24,

Chaléa’h Téchala’h [édition 5771], pages 38-41.

Ceux qui pensent que ce n’est absolument pas une obligation

Rav ‘Haïm Kaniewski [Sia’h Hassadé - Kountrass Halikoutim, passage 9] au nom du Ran sur Talmud ‘Houlin 139a,

Rav ‘Haïm Kaniewski [Sia’h Hassadé - Kountrass Halikoutim, passage 9] au nom du Méiri sur Talmud ‘Houlin 139b,

Rabbénou Bé’hayé sur Dévarim, chapitre 22, verset 7 [fin du commentaire],

Séfer Hamakné sur Talmud Kiddouchine 41a, passage Mitsva,

Min’hat ‘Hinoukh, début du commentaire sur la Mitsva 544,

‘Hatam Sofer [responsa], Ora’h ‘Haïm, question 100,

Avné Nézer [responsa], Ora’h ‘Haïm, question 481,

Chaléa’h Téchala’h [édition 5771], pages 41-43,

Yabi'a Omer, volume 10, Yoré Déa, question 32, passages 3-5,

‘Hazon Ich, Yoré Déa, chapitre 175, passage 2.

Rav Elyachiv a tranché en ces termes : La Mitsva de Chiloua’h Hakène est une immense Mitsva, mais il n’est pas obligatoire de l’accomplir si l’on n’est pas intéressé par les oisillons ou les œufs. Chaléa’h Téchala’h [édition 5771], page 43.

Rav Chlomo Zalman Auerbach a tranché en ces termes : Si l’on aperçoit un nid avec la maman, il est permis de poursuivre son chemin si l’on n’est pas intéressé par les œufs ou les oisillons. Min’hat Chlomo, Tinyana 2, question 5, passage 4.

Il va sans dire qu’il est absolument possible d’accomplir la Mitsva si on le désire et, d’après certains, c’est ainsi qu’il faut agir [Voir Chiloua’h Hakène [Rav Yossef Ferrera, page 21, Halakha 1 et pages 37-45] - voir ci-dessous].

2. Si l’on décide de faire la Mitsva, est-il obligatoire de prendre les œufs ou les oisillons ?

Si l’on décide de faire la Mitsva : de nombreux décisionnaires pensent que l’acquisition des oisillons ou des œufs fait partie intégrante de la Mitsva.

Donc, il est préférable de suivre cette opinion. Cependant, il n’est pas nécessaire de les prendre pour soi, il suffit d’en faire le Kinyan [acte d’acquisition] et de les reposer dans le nid. Voir Talmud ‘Houlin 141a.

Il y a de très nombreux détails à ce sujet - ci-dessous les trois opinions essentielles.

Premier avis : l’acquisition des oisillons [ou des œufs] est obligatoire - sans quoi, la Mitsva n’est pas accomplie. Yabi'a Omer, Yoré Déa, volume 10, question 32, passages 3-5 [à la fin de la réponse, Rav Ovadia Yossef dit : « Il est bien de prendre les oisillons ou les œufs »], ‘Hatam Sofer [responsa], Ora’h ‘Haïm, question 100, Michné Halakhot, volume 16, question 104 et Chaléa’h Téchala’h [édition 5771], pages 57-58.

Second avis : l’acquisition des oisillons [ou des œufs] n’est pas obligatoire. ‘Hakham Tsvi, question 83, Birké Yossef, Yoré Déa, chapitre 292 dans Chi'ouré Brakha, Rav Chimchon Raphael Hirsch dans ‘Horev, Mitsva Chiloua’h Hakène, paragraphe 1, passage 9, Chaléa’h Téchala’h [édition 5771], pages 57-58.

Troisième avis : l’acquisition des oisillons [ou des œufs] constitue la moitié de la Mitsva. Chaléa’h Téchala’h [édition 5771], pages 59-60.

Pratiquement : comme nous l’avons mentionné, précédemment, si l’on décide de faire la Mitsva, de nombreux décisionnaires pensent que l’acquisition des oisillons ou des œufs fait partie intégrante de la Mitsva. Donc, il est préférable de suivre cette opinion.

Cependant, il n’est pas nécessaire de les prendre pour soi, il suffit d’en faire le Kinyan [acte d’acquisition] et de les reposer dans le nid. Voir Talmud ‘Houlin 141a et Chaléa’h Téchala’h [édition 5771], page 65.

Est-il possible d’accomplir la Mitsva lorsque le nid se trouve sur un balcon ?

Cela est absolument possible.

Explications :

Comme cela est mentionné dans le Talmud 'Houlin 138b-139a, la Mitsva de Chiloua'h Hakène est en vigueur uniquement si le nid se trouve dans un endroit public.

C'est à cela que fait allusion la Torah lorsqu'elle mentionne les mots "Ki Yikaré Kane Tsipor ... Badérekh".

Voir Torah Tmima sur Dévarim, chapitre 22, verset 6.

En fait, cela signifie que la mère, les œufs et [ou] les petits doivent être sans propriétaire.

De nombreux décisionnaires affirment qu'il est possible d'être dans une situation où le nid, la mère, les œufs ou [et] les petits sont sans propriétaire alors qu'ils se trouvent dans un domaine privé.

Comment cela est-il possible ?

Première possibilité

Si le propriétaire du domaine privé refuse expressément de devenir le propriétaire des œufs et des petits dès le moment où il s'aperçoit que les oiseaux construisent le nid.

Le refus peut être prononcé verbalement ou pensé. Il suffit d'y penser une seule fois durant sa vie.

A ce sujet, voir :

Rabbi Moché Feinstein dans Iguerot Moché, Yoré Déa, volume 4, question 45,

Rav Bentsion Abba-Chaoul dans Or Létsion - Kétoubot, volume 2, page 90.

Rav Naftali Yé'hiel Weïnberg dans Chaléa'h Téchala'h, pages 75-80.

Seconde possibilité

De nombreux décisionnaires pensent qu'il n'est pas nécessaire de dire ou de penser expressément que l'on refuse de devenir le propriétaire de la mère, des œufs [ou] et des petits. Le fait même que la plupart des personnes ne souhaitent pas avoir des pigeons ou d'autres oiseaux dans leurs balcons est une preuve qu'ils ne deviennent pas leur propriété même sans l'avoir formulé ou sans y avoir pensé.

Voir :

Rabbi Moché Feinstein dans Iguerot Moché, Yoré Déa, volume 4, question 45,

Rav Nissim Karélits dans 'Hout Chani, Hilkhot Chabbath, volume 4, page 400.

Rav 'Haïm Kaniewski dans Chaléa'h Téchala'h, pages 167-168.

Comment procéder ?

Lorsque la maman est sur le nid, il faut la faire fuir [à l’aide d’un bâton, en frappant des mains, etc.],

C’est à partir de la tombée de la nuit que la maman est sur le nid,

Lorsque la maman est partie, il faut soulever le nid ou les œufs ou les oisillons [même s'ils sont encore dans le nid] à plus de 30 centimètres de hauteur et les reposer. Voir Kène Mechoula'h, page 64, Halakha 14,

Si l’on désire que la maman revienne, il faut envelopper, au préalable, les mains avec un sachet,

S'il est impossible de les laisser en place, il est possible de les placer dans un endroit sécurisé où ils ne risqueront rien jusqu'au moment où ils "voleront de leurs propres ailes".

Tout n’a pas été dit à ce sujet.

Je suis à votre disposition, Bé’ézrat Hachem, pour toute question supplémentaire.

Qu’Hachem vous protège et vous bénisse.

Avez-vous aimé ?
Soyez le premier à commenter cette réponse Rav Gabriel DAYAN
Projet dédié par un généreux donateur