Logo Torah-Box

Pas d'eau pour Nétila !

Rédigé le Jeudi 27 Avril 2017
La question de Chiara D.

Bonjour Rav,

Lorsque l'on est dans un endroit où il n'y a pas d'eau et que l'on va manger du pain, est-il préférable de ne rien manger ou peut-on faire le Motsi sans Nétila ?

Merci beaucoup.

Qu'Hachem vous protège.

La réponse de Rav Gabriel DAYAN
Rav Gabriel DAYAN
38848 réponses

Bonjour,

La réponse à votre question se trouve dans le Choul’han ’Aroukh - Ora’h ‘Haïm, chapitre 163, Halakha 1.

Ci-dessous, les détails vous concernant.

Premier cas

Si l’on doit consommer du pain et qu’il n’y a pas d’eau dans l’endroit où l’on se trouve :

1. Si l’on est en chemin et qu’il est possible de voyager à pieds ou autrement [de ses propres moyens - il n’est pas obligatoire de prendre un moyen de transport. Voir Avné Yachfé, volume 2, question 11] durant 72 minutes et d’obtenir de l’eau ou attendre 72 minutes et l’on obtiendra de l’eau, d’une manière ou d’une autre :

Il faut attendre [ou aller chercher de l’eau] - Il est interdit de consommer du pain.

2. S’il faut attendre plus de 72 minutes ou voyager durant plus de 72 minutes, il est permis de consommer du pain à condition d’envelopper ses deux mains avec un sachet, des gants ou tout autre habit. Choul'han ‘Aroukh, chapitre 163, Halakha 1, Kaf Ha’haïm, passage 9, Michna Broura, passage 5 et Cha’ar Hatsiyoune, passage 7 [pour les Séfarades et, apparemment, aussi pour les Ashkénazes].

3. D’après certains décisionnaires, si l’on peut attendre, il est bien de manger d’autres choses mais pas du pain, même dans un tel cas, sauf si l’on a une faim dévorante.

Voir Biour Halakha, chapitre 163, Halakha 1, passage Im Ène Métssouyim, et Pisské Techouvot, chapitre 163, passage 6.

4. Si l’on a un doute à propos de la durée, il est permis d’agir comme dans le paragraphe 2.

Voir Michna Broura, chapitre 163, passage 3.

5. Il va sans dire que dans les cas où l’on ne fait pas Nétilat Yadaïm et que l’on agit comme mentionné dans le paragraphe 2, il ne faudra pas réciter la Brakha récitée habituellement avant la Nétila.

Second cas

6. Si l’on se trouve dans un endroit pour une durée de plusieurs heures [voyage organisé, etc.], qu’il n’est pas possible de quitter l’endroit en question, et qu’il n’y a pas d’eau : s’il est possible de marcher durant 18 minutes pour avoir de l’eau, il faut le faire. Sinon, il est possible d’agir comme mentionné dans le paragraphe 2.

Ceci est une décision déduite des références qui suivent :

Ménou’hat Emet [Rav Mordékhaï Gross], chapitre 20, Halakha 5, Maguèn Avraham, chapitre 163, passage 1 et Rambam, Hilkhot Brakhot, chapitre 6, Halakha 18, Pisské Techouvot, chapitre 163, passage 2, paragraphe 2 et Séou Yédékhèm Kodech [Rav Yoël Krauni], page 12, Halakha 12.

7. Il va sans dire que dans les cas où l’on ne fait pas Nétilat Yadaïm et que l’on agit comme mentionné dans le paragraphe 2, il ne faudra pas réciter la Brakha récitée habituellement avant la Nétila.

Je suis à votre disposition, Bé’ézrat Hachem, pour toute question supplémentaire.

Qu’Hachem vous protège et vous bénisse.

Lumières sur la Paracha (Bamidbar)

Lumières sur la Paracha (Bamidbar)

Chaque paracha du livre de Bamidbar fait l'objet d'une étude approfondie et novatrice par le Rav Emmanuel Bensimon qui traitera notamment de 2 notions fortes : l'acceptation de la Torah par le peuple Juif et son entrée en Terre Sainte.

acheter ce livre

Avez-vous aimé ?
Soyez le premier à commenter cette réponse Rav Gabriel DAYAN