Découvrez un nouveau Dvar Torah en vidéo du Rav Yochiahou Pinto sur la valeur d'une récitation de Kaddich à la mémoire de ses parents. L'équipe Torah-Box vous l'a également retranscrit par écrit.

La guemara nous raconte à propos de Névoukhadnetsar (Nabuchodonosor),  qu'il fut un des plus grands rois de l'histoire. Il était extrêmement puissant. Il dominait le monde entier d'une main forte et contrôlait tout.

Le dernier descendant de la tribu de David s'appelait le roi Yéhoyakhine. C'était un grand impie. Il faisait le mal aux yeux de D. et se rendait coupable des pires choses. Le prophète Yirmiyah le maudit : "Il sera maudit au sein de son peuple." "Maudit" (arour), constitue la pire malédiction. Tout ce qu'il entreprendra sera maudit.

Lorsque Névoukhadnetsar conquit Yérouchalaim, il captura le roi Yéhoyakhine. Il l'emprisonna ensuite dans un endroit sans issue. La guemara explique qu'il s'agissait d'un trou creusé dans la terre où l'on plaçait le prisonnier et que l'on refermait ensuite. La nourriture lui était jetée par un petit trou et l'homme demeurait là-bas jusqu'à sa mort.

Voir la vidéo Télécharger la vidéo

Névoukhadnetsar pensa : "Le tuer, il mourra une fois et ce sera fini, je veux le laisser, qu'il soit éprouvé. Il vivra dans la honte, dans la peine et l'affliction. Telle est la punition que je veux lui infliger." Il plaça ainsi le roi Yéhoyakhine dans cette prison sans issue, qui devait durer jusqu'à la mort.

L'ensemble du Sanhédrine et des maîtres dirent : "Yéhoyakhine  est le dernier fils de la famille du roi David. S'il meurt, la dynastie du roi David s'interrompra. Or D. a  promis que le roi David sera à jamais : "David vit et existe". Batchéva également dit " Vive le roi David à jamais !" Où sont toutes ces promesses ?

Les sages se réunirent pour trouver un conseil,  comment est-il possible que Yéhoyakhine ait des enfants ? Ils essayèrent de penser à une personne proche de Névoukhadnetsar qui puisse influer sur lui. Ils optèrent pour la nourrice de la femme de Névoukhadnetsar. Celle-ci influencerait la reine qui à son tour, tâcherait de persuader Névoukhadnetsar d'introduire la femme de Yéhoyakhine à l'intérieur de la prison qu'elle devienne enceinte de lui."

Ainsi fut-il. La reine, supplia Névoukhadnetsar et pleura, elle dit : "J'ai une dette envers ma nourrice, elle m'a allaitée, elle m'a élevée ! Elle me demande un service : que tu introduises la femme de Yéhoyakhine dans la prison."

A un moment où le roi était joyeux, il accepta. "Introduisez-là pendant dix minutes, un quart d'heure. Une seule fois. Creusez un trou du toit, introduisez-la par le toit pendant un quart d'heure puis sortez-la."

La guemara raconte que le peuple juif connut une grande joie. Ils dirent : "Voilà que la famille royale, la famille de David ne sera pas anéantie du monde." Tous se préparèrent, la femme de Yéhoyakhine se purifia, s'immergea dans le mikvé. Le jour attendu arriva, ils creusèrent un trou dans le toit et la firent descendre. Yéhoyakhine s'approcha de sa femme et vit soudain qu'elle était impure, une petite goutte de sang était sortie d'elle.  

Yéhoyakhine dit à sa femme : "Il est écrit dans la Torah que l'homme n'a pas le droit de cohabiter avec une femme impure. Je ne veux pas être ensemble." Sa femme rétorqua : "Toute ta vie tu as fauté, toute ta vie tu as commis des péchés. C'est maintenant l'opportunité unique d'assurer la continuité du roi David. Il n'y en aura pas d'autre. Peut-être que de là sortira un enfant."

Yéhoyakhine lui dit : "Je ne ferai rien, je suis ici en détresse. J'ai fait téchouva, je ne fauterai pas." Sa femme pleura, elle le supplia : "Mais nous n'aurons pas encore une telle opportunité." Yéhoyakhine resta ferme : "Il n'en est pas question." Ils sortirent la femme.

Le Sanhédrine, les rabbanim étaient en grande détresse. Qu'allaient-ils faire ? Pour sûr, Névoukhadnetsar n'accepterait pas une seconde fois. A nouveau, les sages jeûnèrent et envoyèrent la nourrice. Par miracle, Névoukhadnetsar donna encore son accord. Et de là, naquit un homme, saint des saints : Chaltiel.

La guemara décrit, dans le traité Sanhédrine, comment se déroulera la résurrection des morts. A la fin des temps, D. viendra prononcer un grand discours et Chaltiel fils de Zéroubavel récitera le kaddich. Tous les morts répondront amen puis se lèveront pour la résurrection des morts.

C'est de Yéhoyakhine qui ne voulut pas fauter que sortit Chaltiel fils de Zéroubavel. Chaltiel, dit la guemara, vient de "chéiltiyou" et ben Zéroubavel, qui naquit à Bavel. C'est par son mérite que débutera la résurrection des morts. Pourtant, Yéhoyakhine fit le mal aux yeux de D., il fauta, incita les autres à fauter et causa une destruction des plus grandes au monde. Mais en un instant de téchouva, en un instant où il se contrôla, de là commencera la résurrection des morts, du kaddich que prononcera Chaltiel ben Zéroubavel.

L'on voit ici la force du kaddich, la valeur du kaddich récité à la mémoire de son père, de sa mère, d'un défunt, d'un mort qui n'a laissé personne. 
 

>> Appel : l'association Torah-Box prépare l'édition du premier livre en français du Tsadik, Rav Yochiahou Pinto. Ceux qui veulent participer à son financement et le dédier à la mémoire d'un proche, nous contacter par email : contact@torah-box.com ou par téléphone en France : 01.80.91.62.91)

Rav Yochiahou PINTO - © Torah-Box