La Guémara (Méguila 7b) rapporte au nom de Rava qu'un homme est tenu de se saoûler à Pourim jusqu'à confondre entre arour Haman (maudit soit Haman) et Baroukh Mordékhaï (bénit soit Mordékhaï). Elle raconte ensuite que Rabba et Rabbi Zira ont passé une fois le michté de Pourim ensemble. Ils se sont enivrés et Rabba a égorgé Rabbi Zira. Le lendemain, Rabba a prié Hachem, et a fait revivre Rabbi Zira. Et l'année d'après, Rabba a proposé à Rabbi Zira qu'ils passent de nouveau le Michté de Pourim ensemble, mais Rabbi Zira a refusé. Comment comprendre ce récit surprenant ? A Pourim, y a-t-il réellement une obligation de se saoûler (comme semblent l'impliquer les propos de Rava rapportés précédemment) ? Et si oui, faut-il vraiment en arriver à être ivre, ou peut-on se contenter de boire plus de vin que d'habitude sans pour autant aller jusqu'à ce stade ?