Vers la fin de la Méguilat Esther, il est dit au sujet des Bénei Israël  "kiyemou vékiblou (ils ont accompli et ils ont accepté)". La Guémara dit que ces mots viennent compléter le "na'assé vénichma' (nous ferons et nous comprendrons)" dit par les Benei Israël au Har Sinaï. Comment comprendre cela ? En quoi Pourim est-il un second Matan Torah ? Réponse à ces questions à partir d'un passage de la Guémara Chabbat au sujet des mots de parachat Yitro "vayityatsévou béta'htit hahar", qui semblent impliquer qu'à Matan Torah, les Benei Israël ont été contraints d'accepter la Torah...