D.ieu a offert un grand cadeau à Ses créatures : le mois d’Eloul. C’est le dernier mois de l’année, qui s’achève la veille de Roch Hachana. Les Tsadikim des générations passées désignaient le mois d’Eloul sous le terme de « mois de la compassion et des Seli’hot », et expliquaient que, pendant ce mois-là, les Portes du Ciel sont ouvertes, et le Saint béni soit-Il accueille de tout cœur ceux qui reviennent vers Lui, plus qu’à toute autre période de l’année.

Souvent, les gens choisissent d’emprunter la voie du « tout ou rien. »

« Je ne serai jamais un grand Tsaddik. Je ne deviendrai pas Baba Salé, d’accord ? Alors pourquoi tenter le coup ? Laisse-moi continuer à agir selon mes envies, jamais je ne pourrai changer de comportement ! »

C’est une grossière erreur. Tout homme, dans chaque situation, en tout lieu et à tout âge, peut et doit améliorer ses actes avant le Jour du Jugement. Imaginez-vous un voleur en série convoqué au tribunal, et, un instant avant d’entrer au tribunal, il « chipe » une pomme sur un étal au marché, à proximité du tribunal. Si le juge en était informé, il serait très en colère. Non seulement tu voles, mais tu le fais même en chemin pour le tribunal ?

C’est vrai que nous nous présentons devant le Maître du monde avec un CV pas très brillant. Nombre d’entre nous avons accompli des actes pas tellement louables, c’est le moins que l’on puisse dire. Mais au moins, montrons-Lui que nous respectons le tribunal, que nous nous présentons avec la volonté de nous améliorer, même quelque peu.

Nous pouvons prendre un petit engagement, par exemple lire un chapitre des Téhilim chaque jour, ou tenter de donner une pièce à la Tsédaka au moins une fois par semaine. On peut également s’engager à lire chaque matin le premier paragraphe du Kriat Chéma’, ou allumer les bougies la veille du Chabbath. Chacun en fonction de ses forces et de ses possibilités. Il s’agit de petits engagements, faciles à accomplir, et il est possible de les réaliser sans modifier notre mode de vie, ni déménager à Méa Ché’arim.

Grâce au mérite de cet engagement, puissions-nous être inscrits tous dans le Livre de la vie pour une bonne et douce année, avec tout le peuple juif, Amen.