La Guemara (Roch Hachana 16b) dit que trois livres sont ouverts à Roch Hachana: celui des tsadikim guémourim, celui des rechaïm guemourim et celui des bénonim. De quoi s'agit-il ? En quoi cela rappelle-t-il l'importance de bien utiliser chaque jour de vie qu'Hachem nous accorde ? Celui qui est racha est-il vraiment condamné à mourir, et les tsadikim sont-ils réellement assurés de continuer à vivre ? N'existe-t-il pas, pourtant, des rechaïm qui vivent très bien et tsadikim qui ne finissent pas l'année ? Que dit Tossefot à ce propos ?