A l'occasion de la Hiloula (jour anniversaire de décès) de notre maître Rav Mordekhai Eliahou, l'équipe Torah-Box est heureuse de vous faire découvrir très brièvement son parcours de vie. Celui qui parle du Tsadik de jour de sa Hiloula, celui-ci priera pour lui ! Allumez une bougie et dites "Likhvod haRav Eliahou, zékhouto taguèn 'alénou" puis priez. Que son mérite protège tout le Klal Israel, Amen !

Le Rav Mordékhaï Eliahou est né au mois d’Adar 1929 (5689) dans la vieille ville de Jérusalem. Ses parents étaient des personnes hauts placées : son père était le Rav Hagaon 'Hakham Salmane Eliahou Zatsal, un des grands Mékoubalim de Jérusalem, qui est monté de Bagdad, en Irak, selon les consignes de son Rav, le Ben Ich 'Haï, et sa mère, Mazal, était la sœur de Rav Yéhouda Tsadka, et petite-fille de la sœur du Rav Yossef ‘Haïm (le Ben Ich Haï), un des grands Mékoubalim de l'histoire juive.

Le père de Rav Mordékhaï Eliahou est devenu au cours de sa vie un personnage très influent dans lequel il a enraciné les valeurs fondamentales de l'amour de la Torah, et même de la Torah cachée. Mais il décède lorsque son fils n'est alors âgé que de onze ans.

Il commence ainsi son parcours parmi de nombreuses difficultés, pendant que sa famille vit dans une grande pauvreté.

Cela n'a pas empêché le Rav Mordékhaï Eliahou, dès son jeune âge, d'étudier la Torah dans l'abnégation totale et de devenir au cours des années un des grands d'Israël, par le biais de Talmidé 'Hakhamim parmi lesquels on pouvait compter le Rav Ezra Attia, qui était à la tête de la Yéchiva Porat Yossef, le Rav Tsadka 'Houtsin, qui était alors un des grands Rav d'Israël, le Rav Avraham Yéchayahou Karelits (le 'Hazon Ich),qui était le Grand de la génération précédente, et également le Rav Nissim qui a présidé en temps que Grand-Rabbin Séfarade en Israël avant le Rav Ovadia Yossef.

Il était très proche du Mékoubal, Rav Mordékhaï Charaabi, et de Rabbi Israël Abou’hatséra (Baba Salé). Il a également voyagé de nombreuses fois à l'étranger pour rencontrer l'Admour 'Habad, Rabbi Ména’hem Mendel Shneerson (le Rabbi de Loubavitch), avec qui il garda, ainsi qu'avec la 'Hassidout ‘Habad, un très bon contact.

Après avoir grandi en Torah et être entré dans le monde des Yéchivot, il reçut un certificat toraïque de plusieurs endroits, notamment de la Yéchiva Porat yossef, chez le Rav Ezra Attia, qui était également le Rav de Rav Ovadia Yossef. Il a également étudié au Beth Hamidrach des Rabbanim et des juges, du Rav Its'hak Nissim, dans lequel il finit ses études avec excellence. Peu de temps après, il devient le plus jeune juge d'Israël, au sein du Beth-Din (tribunal rabbinique) de Béer Cheva. Il traite déjà les problèmes personnels conflictuels comprenant également le sujet des femmes Agounot (femmes mariées dont on ignore où se trouve le mari, en particulier dans les situations de guerre ou d'après guerre. Elles restent liées à leurs maris et ne peuvent se remarier tant que leur mort n'a pu être publié avec certitude).

Au bout de quatre ans, il fut inséré au Beth-Din de Jérusalem.

Une année plus tard, il fait partie du grand Beth-Din.

Durant ces années en tant que Dayan (juge rabbinique), il tisse de profonds liens avec ses frères juifs, toutes tendances confondues.

Les juifs du monde entier lui posent des questions, aussi bien personnelles que sur le plan de la Halakha. Il était très aimé, à l'écoute de tous et de leurs souffrances, et c'est ce même lien qui va faire que, par la suite, il est élu en 1983 (5743) Grand-Rabbin d'Israël. Il gardera ce titre pendant 10 ans (de 1983 à 1993), aux cotés du Rav Avraham Shapira; il y jouera son rôle de la manière la plus fidèle qui soit en se sacrifiant à chaque moment et dans toutes sortes de domaines différents.

Il était très afféré à rapprocher les juifs éloignés, et, pour cela, il s'est même efforcé de voyager un peu partout dans le monde, y compris dans les Kibboutsim et les petits villages lointains, uniquement afin de s'enquérir du bien de ses frères juifs et leur parler de Torah et de foi, tout en mettant l'accent sur l'importance de renforcer le judaïsme dans le monde tout comme la lutte contre une assimilation foudroyante.

Il s'évertuait à parler au cœur des juifs de diaspora afin qu'ils montent en Israël. Il lui est même arrivé à plusieurs reprises de voyager et rendre visite au prisonnier Jonathan Polard dans sa prison aux États-Unis.

Après avoir terminé son rôle de Grand-Rabbin d'Israël, la communauté des Datim Léumi l'ont élu comme Rav, avec le partenaire de son poste précédent, le Rav Avraham Shapira.

À ce moment-là, il était considéré come une personne très importante dans le monde de la Halakha et de la kabbale (en ressemblance avec son père). Dans le domaine de la Halakha, la plupart du temps, le Rav tranchait selon le Ben Ich ‘Haï, comme en avaient l'habitude les juifs d'Irak, d'ou provenait son père. De temps en temps, il apportait des éléments de la kabbale et principalement du Ari; ses décisions halakhiques étaient considérées comme rigoureuses.

Parmi les 'Hassidim et les nombreuses personnes qui ont eu le mérite de prendre conseil auprès du Rav, nombreux sont ceux qui disent qu’il réalisait des miracles, il a délivré beaucoup de gens considérés alors comme étant dit "désespérés".

Par la suite, il fut Roch Collel du "Darké Horaa", Collel renommé de Jérusalem.

Ses nombreuses occupations lui permettant de rapprocher des juifs ont provoquées une accélération qui l'ont mené a la tète de "Kérèn Moréchèt". Des Beth Midrach, Collelim et Yéchivot ont vu le jour suite à cela.

En plus de cela, le Rav donnait cours une fois par semaine dans sa synagogue dans le quartier de Kiriat Moché, à Jérusalem.

Ses cours étaient très demandés, à tel point qu'ils ont même été retransmis en direct par satellite, ce qui a attiré énormément de spectateurs du monde entier.

Suite à cela, est apparu sur feuillet le cours de la Paracha de la semaine qui s'appelait "Kol Tsofayi'h".

De nombreuses histoires couronnent le personnage qu'est le Rav Mordékhaï Eliahou. L’une d'entre elles, qui fut parut d'une source très fiable, concerne un homme qui a ressentit être mort clinique.

Lorsqu’il fut arrivé dans le monde futur, monde de vérité, il y vu le Beth-Din d'en haut et des Rabbanim importants qui étaient déjà décédés, il était surprenant de pouvoir apercevoir le Rav Mordekhaï Eliahou, qui était, quant à lui, toujours vivant.

Concernant ce malheureux juif, il avait été fixé que ses mauvaises actions étaient plus nombreuses que ses Mitsvot; il lui manquait une seule Mitsva qui pourrait lui servir de défenseur afin qu’il puisse revenir sur terre et obtenir une nouvelle chance afin de réparer ses actes.

Ce même homme était jeune et père de famille; c’est la raison pour laquelle il suppliait pour redescendre sur terre, d'autant plus qu’à présent il connaissait la vérité du monde supérieur.

Pendant qu’un lourd silence empli de tristesse pesait dans la salle, Rav Mordékhaï Eliahou se leva d'un coup de la place où il se trouvait et demanda qu'on fasse passer sur le compte de cet homme une seule Mitsva de toutes les Mitsvot qu'il a réalisés dans sa vie. Et ainsi il fut fait.

Ce même homme se réveilla après plusieurs jours de coma.

Tout en se souvenant de chaque détail de ce qui lui était arrivé, il courut au bureau du Rav pour aller le voir, mais avant même qu'il n'ait eu le temps d’ouvrir sa bouche, le Rav se leva de sa place avec une grande émotion et lui dit : « C’est toi untel ?? Comme il m'a été difficile de te sauver !! »

Il faut préciser que cette histoire n'est qu'une histoire parmi tant d'autres.

Le Rav continua d'œuvrer à ses tâches même alité en étant malade. Il resta ainsi les deux dernières années de sa vie, où il continua d'écrire des Divré Torah, de répondre aux nombreuses questions qui lui étaient posées, et d'enseigner des décisions halakhiques.

En début de semaine, 25 Sivan 5770 (2010), le Tsaddik a rendu son âme pure et chère à Son Créateur; sans l'ombre d'un doute ce fut une grande perte pour le peuple juif.

Prions tous que nous puissions avoir un bon défenseur auprès de nous et auprès de chaque juif qui se trouve dans le monde de vérité, et qu'ainsi se multiplient les Tsadikim comme Rav Mordékhaï Eliahou.

Que son âme soit scellée par le sceau de la vie, Amen.

Cliquez-ici pour demander une bénédiction en l'honneur du Rav Mordekhai ELIAHOU