La Guemara raconte qu'alors que Rabbi Yohanan ben Zakaï était sur le point de quitter ce monde, il ne savait pas s'il irait au Gan Eden ou au Guéhinam. Qu'est-ce-que cela signifie ? Un tsadik de son envergure pourrait-il ne pas meriter le Gan Eden ? En quoi cette histoire rappelle-t-elle l'immense valeur de chaque mitsva ?  Comment se fait-il que, dans la vie, certains considèrent la Torah comme un trésor inestimable, alors que d'autres la méprisent ? Réponse à travers un machal, et des propos de Rav Dessler.