La Guemara dit qu'il n'existe pas, dans ce monde, de récompense pour l'accomplissement des mitsvot. Qu'est-ce que cela signifie ? Comment comprendre alors les versets de la Torah qui garantissent des bénédictions à ceux qui accomplissent les mitsvot ? Sachant que la récompense d'une mitsva est proportionnelle à l'effort fourni pour l'accomplir, doit-on rechercher les difficultés ? Pourquoi ? Réponse à ces questions à travers l'histoire d'un homme qui voulait donner une mitsva qu'il avait faite au peuple juif, afin que celui-ci vive dans la sérénité, et de la réponse qu'a donné le 'Hafets 'Haim en entendant une telle requête.