Loin des cours traditionnels sur l’éducation, loin des réflexions philosophiques sur la relation parent enfant, ceci est une fiche technique avec des conseils pratiques à appliquer lorsqu’on est sur le terrain avec nos petites ou grandes têtes blondes.

1. Soyez un adulte. L’éducation implique une hiérarchie. Si le parent désire plus que tout rester enfant, le processus d’éducation rencontrera des turbulences. Nous avons eu notre enfance. Ne volez pas celle de vos enfants par un manque de maturité. Ils doivent pouvoir se reposer sur vous, prendre conseil auprès de vous. Il y a un temps pour tout. Soyons fiers de rejoindre le banc des parents avec tous les devoirs et responsabilités que cela implique.

2. Mangez au moins un repas par jour tous ensemble autour d’une même table. Lorsque les enfants sont jeunes, et que le papa rentre un peu tard le soir, il est compliqué de trouver un horaire de repas qui convienne à tout le monde. Pourtant, il s’agit là d’un moment précieux auquel il ne faut pas renoncer si nous voulons une famille unie. Le mot co-pain, veut bien dire ce qu’il veut dire. On tisse des liens d’amitié lorsqu’on partage son pain, sa table, lorsqu’on mange ensemble. Choisissez le repas qu’il sera le plus facile à organiser, et le plus facile à tenir dans le temps. Peut-être le petit déjeuner, tout le monde est encore à la maison, ou le dîner lorsqu’il n’y a aucune nécessité de ressortir. Tout le monde s’installe, déconnecté, sans téléphone, télévision… Les uns assis en face des autres. Vous serez surpris. Si le moment est bien choisi, l’ambiance sera très agréable.

3. Ecoutez vos enfants. La nature du parent est de parler, d’ordonner, de mettre en garde. Mais il existe trop peu de parents qui écoutent. Apprenez à écouter vos enfants, à entendre leurs besoins, leurs malaises. Comprenez que votre enfant grandit et que ses besoins aussi. Et surtout, le plus important, apprenez à les écouter lorsqu’ils ne disent rien. En matière d’éducation, derrière un silence trop lourd et trop long, se cache souvent un souci.

4. Prévoyez-vous un encas. A chaque fois que nous organisons une sortie avec les enfants, nos sacs regorgent de biscuits et snacks en tous genres pour les enfants. Mais il est temps de modifier la donne et d’y insérer également un encas pour le parent, car un parent affamé n’est pas disposé à passer un bon moment. Sa jauge de patience est comme « fissurée », et la sortie éducative peut vite virer au cauchemar. Quand on pense que la réussite de notre expédition tient à une pomme ou une banane, ce serait dommage de s’en priver.

5. Montrez-leur votre amour et votre fierté. Trop de parents pensent que leur rôle est de réprimander, punir, faire pousser droit. Je vais vous faire une confidence. Ceci est plutôt le rôle de la justice. Celui d’un parent est d’aimer. Evidemment, nous sommes quand même tenus à interdire, punir… mais pour chaque interdiction, il devrait y avoir au moins 10 remerciements, félicitations, bisous, câlins, encouragements. On a malheureusement tendance à être avare quand il s’agit de montrer notre amour et notre satisfaction.

6. Remplissez leurs esprits de souvenirs. Vous avez des adolescents, ils ne veulent plus vous suivre en vacances. Imposez. Les vacances en famille sont d’une extrême importance. C’est vrai que vous mettrez plus de temps à démarrer, le temps que tout le monde se prépare, que vous aurez un risque plus élevé de courir à la recherche du médecin du village, si l’un de vos enfants voit son corps se remplir soudainement de plaques rouges bizarres. Mais vous aurez des souvenirs ensemble. Le même refrain que vous aurez fredonné ensemble pendant 3 heures de route, les fous rires lors de la randonnée, les batailles d’oreillers, et surtout ces dizaines de photos, que vous conserverez précieusement comme on conserve la dernière goutte de notre parfum préféré dont ils ont arrêté la production. Ces clichés qui vous rappelleront des années plus tard combien ces vacances étaient parfaites, justement parce que vous étiez tous ensemble.

7. Soyez son ami justement lorsque son entourage vous incite à rentrer en guerre avec lui. Lorsque son professeur vous appelle pour vous faire part du mauvais comportement de votre enfant, ou que le voisin vous met un papier dans la boîte aux lettres pour vous prier de payer la nouvelle barrière qu’ils viennent d’installer dans leur jardin, pour remplacer celle cassée par votre enfant, soyez là pour lui. C’est précisément dans ces moments que vos enfants ont besoin d’une double dose d’amour avec supplément protection. Le monde s’acharne, ils ont des ennemis, la vie est un peu cruelle, n’en rajoutez surtout pas. Bien au contraire, compensez.

8. Tissez une corde d’amour entre vous et votre enfant, une corde indénouable. Peu importe les phases qu’il traversera, peu importe les personnes bien ou mal intentionnées qu’il rencontrera, il est IMPERATIF que l’enfant ait envie de rentrer chez lui, de retrouver son havre de paix. Un endroit où il n’a besoin de jouer aucun rôle, un endroit où on l’aime tel qu’il est. C’est avec toute cette abondance d’amour (n’ayez jamais peur de trop en donner) que votre enfant deviendra un adulte équilibré et qu’il restera fort face aux tentations du monde extérieur. Il ne voudra pas vous décevoir, et quand bien même il vous aurait déçu, il voudra très vite se faire pardonner, car vous l’avez toujours aimé et qu’il est impensable pour lui de vivre sans cet amour.