Le signe du Taureau (« Chor » en hébreu) correspond au mois d’Iyar (vers mai). Découvrez ce signe caractérisé par la royauté et la puissance !

Taureau/Chor

Mois : Iyar

Planète : Vénus

Pierre : Pitéda / la topaze

Tribu : Chimon (ou Issakhar selon d’autres)

Elément fondamental : la terre

Attribut : Guévoura / puissance

Iyar, un soleil réparateur

Le mois d’Iyar est le second mois de l’année juive (d’après le décompte de la Torah qui fait débuter l’année en Nissan). Il est également appelé Ziv qui signifie « éclat » ou « beauté », en regard du fait que le soleil y brille de manière éclatante. Situé avant les chauds mois d’été et après le froid hivernal, le mois d’Iyar présente ainsi un climat idéal propice à la réparation du corps et de l’âme. C’est pourquoi la période du décompte du ‘Omer coïncide avec lui : en nous permettant chaque jour de réparer une autre facette de notre personnalité, Iyar constitue la préparation idéale au Don de la Torah.

En cette période printanière, les taureaux ont l’habitude de sortir dans les prés et d’y brouter l’herbe ayant poussé en abondance; ils s’engraissent et reprennent ainsi force et vitalité. De même, c’est en ce mois qu’Hachem accorda la guérison à tous les malades et les infirmes du peuple juif fraîchement sorti d’Egypte. C’est du reste le mois de la guérison par excellence, « Iyar » formant en effet les initiales de l’expression « Ani Hachem Rofékha » (« Je suis Hachem ton guérisseur ») (Chémot 15,26). C’est également en Iyar que le puits de Myriam fut accordé aux enfants d’Israël dans le désert, ce même puits qui prodiguait la guérison à ceux qui venaient s’y abreuver.

Enfin Iyar est le mois de l’espoir par excellence : il comporte la fête de Pessa’h Chéni qui, fait unique dans toute la Torah, constitue la « session de rattrapage » de ceux qui, impurs, n’auraient pu apporter le Korban Pessa’h en son temps. En Iyar fut aussi dévoilé le Zohar de Rabbi Chimon Bar Yo’haï, élève de Rabbi Akiva, œuvre d’une sainteté exceptionnelle qui assura la transmission de la face voilée de la Torah après la disparition des 24.000 premiers élèves de Rabbi Akiva.

Le climat idéal d’Iyar fait de lui le mois de l’éveil et du renouvellement par excellence… Tous les ingrédients nécessaires pour s’élever spirituellement y sont présents !

Le taureau, un animal robuste et royal

Le taureau (Chor) est un animal puissant, robuste et royal. Considéré comme le roi des bovins, il est l’une des quatre figures majestueuses représentées sur le Chariot céleste (la Merkava) avec le lion (rois des animaux), l’aigle (roi des créatures volantes) et l’homme (diadème de la création).

De nature paisible et calme, le taureau est cependant un animal prompt à l’emportement dès lors que l’on empiète sur son territoire ou qu’il se sent menacé. Il fait alors usage de ses cornes – une arme redoutable – pour défendre ce qu’il considère être son espace vital ou son intégrité. Sans le réaliser, il est ainsi capable de causer de grands dommages à ses pairs, car il ignore généralement tout de sa puissance.

Le taureau était, avant l’ère moderne, employé pour travailler la terre où il était utilisé afin de former des sillons dans les champs, permettant ainsi les semailles après son passage. De même, avant l’apparition des véhicules motorisés, on l’utilisait afin de transporter les charges lourdes – des jougs – grâce à ses larges épaules. Mais en dehors de ces périodes de dur labeur, le taureau préfère passer son existence à brouter paisiblement de l’herbe, évitant en général l’agitation extérieure. Enfin, comme il en donne la démonstration dans les corridas, le taureau est aussi un animal très entêté, qui persévère inlassablement pour atteindre son but et ce, même s’il doit le payer de sa propre vie !

Comme nous allons le voir, les caractéristiques bien particulières de cet animal auront évidemment leur influence sur les natifs de ce signe.

Les Taureaux : un grand potentiel… à développer !

Comme on l’a vu plus haut, le mois duquel ils sont natifs prédispose les Taureaux à l’élévation et la réussite spirituelles. Majestueux, forts et bons, les taureaux ont même la capacité de devenir de grands leaders du peuple juif, à l’instar du taureau qui prépare le terrain pour laisser éclore la récolte après son passage. Pourtant, afin de ne pas tomber dans les travers qui les guettent, les Taureaux devront entreprendre un important travail sur leur personnalité. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle ils naissent pendant le décompte du ‘Omer, cette période propice à la progression et l’amélioration de soi.

L’élément du Taureau est la terre ; ce qui fait de lui un être paisible mais aussi enclin aux plaisirs de ce monde tels que la luxure, la gourmandise, l’oisiveté, le sommeil, etc. Pourtant, s’il fait l’effort de cultiver son monde spirituel, le Taureau deviendra alors véritablement un roi capable de s’élever et d’entraîner les autres dans son ascension, car il a la faculté de descendre au plus bas (vers la terre, son élément) pour élever les âmes qui aspirent à se hisser au-delà de leur piètre condition morale. Tout son défi est justement de ne pas se laisser emporter par sa nature qui le pousse à mener une vie dénuée de sens et vouée à la satisfaction de ses instincts…

Porter le joug de la Torah

Pour réussir dans sa mission, le Taureau doit impérativement diriger son être vers l’étude et l’accomplissement sans concession de la Torah. A l’image de l’animal duquel il porte le nom, il va devoir endosser le « joug » des 613 Mitsvot s’il veut échapper à ses inclinations matérielles et éviter de s’autoproclamer  « roi » sur son entourage.

A l’instar du taureau, les natifs de ce signe ignorent souvent le mal qu’ils peuvent causer ; à l’aide de piques (leurs « cornes » !) ou de sobriquets et autres moqueries, ils peuvent en venir, sans intention destructrice, à blesser autrui. Il leur faut donc absolument prendre conscience du fait que les autres ne possèdent pas la même carrure qu’eux et ajuster leur comportement en fonction de leur sensibilité. Cependant, grâce à leur nature foncièrement bonne, les natifs de ce Mazal se mettent rarement leur entourage à dos, car ils sont très patients, s’amendent facilement et pardonnent sans problème. Les proches du Taureau feraient d’ailleurs bien de connaître sa nature afin d’éviter les quelques comportements qui peuvent déclencher sa colère, rapide mais foudroyante, tels que l’immixtion sur son territoire, le désintérêt pour sa personne ou encore la tromperie. En effet, une autre caractéristique de ce signe est qu’il est très lié au Emet (vérité). Le Taureau est un amoureux de la vérité ; il répugne au mensonge, qu’il fuit sous toutes ses formes et qu’il décèle aisément chez les autres.

Prudence est mère de sureté

Les Taureaux sont dotés de beaucoup d’imagination qu’ils utilisent pour rêver d’un monde paisible où ils ne seraient pas contrariés dans leurs plans… Car rien n’est plus déstabilisant pour eux que de voir leurs programmes précipités ou modifiés ! Ils aiment être rassurés et valorisés.

Dans sa vie de tous les jours, le Taureau a un grand besoin de se sentir en sécurité. C’est pourquoi il est généralement économe et enseigne à ses proches l’art de l’épargne et de la prudence financière. S’il s’agit indéniablement d’une qualité, le Taureau doit aussi veiller à ne pas se montrer économe à outrance et à dépenser lorsque c’est nécessaire, notamment pour les causes charitables. C’est aussi un excellent éducateur : patient et soucieux de la réussite de ses enfants, il sait leur prodiguer amour et chaleur tout en les protégeant des mauvaises influences extérieures.

Enfin, comme il est très têtu et sait défendre ses intérêts, il s’agira pour le natif de ce signe de canaliser cette prédisposition vers le bien et de l’employer au service du raffinement de sa personnalité et de la poursuite de buts nobles et constructifs.

Je m’améliore

Le Taureau, afin d’exploiter pleinement le formidable potentiel qui réside en lui, devra entreprendre un travail de longue haleine pour combattre sa propension à se laisser guider par ses instincts. Il lui faudra notamment :

- Se faire un Rav qui le guidera dans tous les domaines de la vie : puisqu’il a tendance à ne suivre que ses propres convictions et ce, avec entêtement, le Taureau doit impérativement apprendre à se soumettre à l’opinion de la Torah telle que formulée par nos Sages.

- S’efforcer d’être plus réfléchi même lors d’accès de colère, et en prenant conscience du fait que même des mots anodins à ses yeux peuvent blesser mortellement les autres. Les excuses telles que : « C’était juste pour plaisanter ! » sont à bannir de son lexique !

- Fuir la gourmandise, la consommation d’alcool et autres passions destructrices. Le bonheur n’est pas dans l’herbe verte du pré mais dans les plaisirs vertueux de l’esprit tels que l’étude de la Torah !

- Se montrer généreux : si la prudence économique est profitable à lui comme à sa famille, il ne faut pas qu’elle dégénère en avarice. En se montrant prodigue et généreux, le Taureau contribuera ainsi à l’émergence de ce monde idéal auquel il aspire tant.

Cet article a été inspiré par les cours du Rav David Touitou sur l'astrologie juive. Pour acheter son livre, http://torathaim.net/?page_id=5306