Le signe du Capricorne (« Guédi » en hébreu) correspond au mois de Tévèt (vers janvier). Découvrez les caractéristiques de ce Mazal qui, sous ses aspects peu reluisants, cache un réel potentiel de lumière et de bénédiction !

Capricorne/Guédi

Mois : Tévèt (vers janvier)

Planète : Saturne

Pierre : l’améthyste

Chiffre : 10

Lettre : Ayin

Tribu : Gad

Elément fondamental : terre

Sphère : Nétsa’h

Tévèt : le bonheur est dans le pré !

Le mois de Tévèt tombe en plein hiver. Il s’agit d’un mois froid, généralement pluvieux, sans célébration particulière, où la grisaille et la morosité l’emportent. Tévèt est de plus marqué par plusieurs événements traumatiques pour le peuple juif. Le 10 de ce mois tombe en effet le jeûne qui commémore le début du siège de Jérusalem par Nabuchodonosor à l’époque du premier Temple. Mais les deux jours qui précèdent cette date furent eux aussi marqués par des événements tragiques : le 8 Tévèt, la Torah fut traduite en grec (épisode que nos Sages comparent à la brisure des Tables de la Loi), et le 9, Ezra et Né’hémia, les deux dirigeants du peuple juif après l’époque de Pourim, disparurent tous deux en même temps.

Pourtant, le début du mois accueille tout de même les dernières lueurs de ‘Hanouka. C’est également le mois où commence la période dite des « Chovavim », celle où les hommes jeûnent afin de réparer les fautes commises dans le domaine de la pureté des moeurs. C’est donc le mois de la réparation de la Brit. Enfin, c’est la période où, après les abondantes pluies des mois précédents, les chevreaux (Guédi) peuvent sortir paître l’herbe fraîche poussée dans les prés. Ainsi, face à des caractéristiques a priori peu encourageantes, le mois de Tévèt possède en réalité un potentiel extraordinaire de lumière et de bénédiction, qui ne demande qu’à être dévoilé au grand jour.

Froideur apparente

La planète à laquelle le Capricorne est associé est Saturne (« Chabtaï » en hébreu, qui provient du mot « Chabbath »). Il s’agit d’une étoile froide, sèche et relativement éloignée des autres planètes du système solaire. Le Guédi (littéralement « chevreau »), quant à lui, est un petit animal doté de cornes au tempérament bien trempé. Autant d’attributs qui font du Capricorne un être de prime abord froid, distant, indifférent, mais qui est également persévérant, méthodique, intelligent et très prévoyant.

De la droiture et de la méthodologie

Les natifs de ce signe astral sont généralement des personnes calmes, pondérées et méthodiques, qui fuient l’extravagance, la fourberie et la déloyauté. Ce n’est pas qu’ils manquent de sensibilité, bien au contraire, mais celle-ci est en général refoulée pour laisser place à une personnalité davantage carrée et maîtrisée.

A l’image du capricorne qui parvient à atteindre ses objectifs grâce à son entêtement, et, ce, malgré sa petite constitution, de même les Capricornes sont des gens perfectionnistes qui n’abandonnent pas devant le premier obstacle. Surmontant embûche après embûche, ils parviennent généralement par le biais de leurs efforts à obtenir des postes importants sur le plan professionnel. Leur côté logique et cartésien leur confère un excellent esprit d’analyse, qui leur permet d’éviter les pièges, mais les fait glisser parfois vers la méfiance et la rigidité, notamment avec leurs enfants. Très responsables, ils détectent et apprécient chez les autres la compétence et l’efficacité.

Un grand anxieux

Les Capricornes sont des êtres très prudents et prévoyants qui œuvrent afin d’assurer leur sécurité au niveau matériel, car ils sont très anxieux sur ce point. Ils n’aiment pas être pris au dépourvu, car cela ébranle totalement leur équilibre. Ils peuvent parfois même s’engager dans la poursuite des biens matériels tant leur inquiétude quant à leur avenir financier est grande. Sur ce point et sur bien d’autres, les Capricornes font preuve d’un grand manque de confiance, et l’on peut dire que, dans une certaine mesure, le Bita’hon (confiance) en Hachem est un point qui leur fait défaut. Ils ont tendance à n’accorder de confiance qu’en leurs propres efforts, et c’est ce qui fait d’eux des personnes introverties, qui ne sollicitent pas l’aide d’autrui pour atteindre leurs objectifs (qui sont nombreux, car ils sont très ambitieux !).

D’ailleurs, s’il y a bien un défaut qui indispose le Capricorne, c’est l’oisiveté ! A ses yeux, chaque instant doit être exploité et il n’est pas question de le perdre en bavardages ou autres activités stériles. S’il s’agit là d’une excellente disposition, le Capricorne doit cependant veiller à ne pas glisser vers l’intolérance envers son entourage, qui n’agirait pas forcément avec le même empressement…

Un besoin vital de reconnaissance

Vu le mal que se donne le Capricorne pour donner vie à ses ambitions, il n’est pas étonnant qu’il se retrouve souvent à souffrir du manque de reconnaissance de son entourage. Ce besoin de reconnaissance et sa soif de se voir respecté pour ce qu’il est, sont chez lui tout à fait vitaux. De même, si le Capricorne sait se montrer généreux et bienveillant, il n’entend pas que cela passe inaperçu ! Il veillera à ce que les bénéficiaires de ses bontés lui témoignent leur gratitude, et, si ce n’est pas le cas, le Capricorne peut tomber dans la colère et l’amertume.

De manière générale, le Capricorne prend son existence très au sérieux. Il ne rit ni ne se laisse aller facilement, car si ses sentiments existent bien, il ne les dévoile qu’en de rares occasions. Ne supportant pas le mensonge, il peut même aller parfois jusqu’à déclencher des conflits s’il s’aperçoit qu’il a été trompé. Quand il est en posture d’éducateur, il exige des autres ce que lui-même impose à sa propre personne : méthode, application et sérieux. Ce qui peut parfois faire de lui un éducateur intransigeant et peu enclin à accepter les faux-pas. Et lorsqu’il prodigue du bien autour de lui, le Capricorne prend son rôle avec tout le sérieux requis, en donnant le meilleur de lui-même.

Je m’améliore :

Nous l’avons vu, les natifs du mois de Tévèt sont des êtres méthodiques, persévérants et droits, qui dissimulent en même temps une grande sensibilité et un grand altruisme. Pour les aider à cultiver ces excellentes dispositions, il est conseillé aux Capricornes de :

- Apprendre à donner de manière désintéressée : ce qui leur permettra de ne pas tomber dans la déception si leurs efforts ne sont pas appréciés à leur juste valeur.

- Placer leur confiance en Hachem et non dans les biens matériels : en cessant de se préoccuper outre mesure de leur subsistance. Tout est entre les mains de D.ieu et non de l’homme !

- Apprendre à extérioriser leurs sentiments : ce qui facilitera grandement leurs relations avec les autres, freinera leur anxiété, et leur permettra de créer des contacts opportuns.

-Se montrer conciliants et bienveillants : en exploitant le potentiel de bonté enfoui en eux afin d’aider les autres, notamment dans le domaine de la médiation, de la réconciliation, et du Chalom Bayit.

- Cultiver la patience et juger favorablement autrui : pour améliorer globalement leurs relations sociales.

Cet article a été inspiré par les cours du Rav David Touitou sur l'astrologie juive. Pour acheter son livre, http://torathaim.net/?page_id=5306