La Paracha Badmidbar - dans le désert - précède Chavou'ot et l'on se prépare spirituellement à recevoir le don de la Torah, chaque année à nouveau. Pourquoi est-il si important de veiller à ne pas dire du Lachon Hara' et à contrario de multiplier les paroles gentilles et de 'Hizouk ? Comment peut-on être un réceptacle pour la Torah afin de gagner en intériorité et en profondeur dans nos vies ? Le Ba'al Chem Tov enseigne un travail spirituel en 3 étapes : Acceptation, Séparation et Réparation. Le processus d'Acceptation exige un travail impératif sur l'estime de soi et sur l'identification de nos schémas d'enfance - toxiques à l'âge adulte - afin d'être capable de s'en défaire. D'où l'étape de la Séparation. Enfin, dans l'étape de Réparation, il est recommandé par exemple de canaliser nos "passions" et de les exploiter dans des domaines de la Torah, soit dans la parole, soit dans la prière. En d'autres termes de savoir "convertir" un point faible en point fort. Rabbi N'ahman nous apprend à rechercher avec obstination et du fond du coeur l'aide de D.ieu avec le mot "Ayé", "Où es-tu mon D.ieu ?". Et en particulier, lors d'une chute, car lorsqu'on se relève après être tombé, on s'élève !