Cette semaine, je marie ma fille aînée, mon bébé, ma princesse. Quelle émotion ! Je n’ai pas vu le temps passer. Comment je me retrouve aujourd’hui à la donner à un homme alors que je me souviens du jour de sa naissance comme si c’était hier ?

Je pense que c’est toujours ainsi. Lorsqu’on est dans l’actif, dans la dynamique, dans le mouvement, on ne pense pas, on agit. Ce matin, je me suis levée avec cette volonté de ralentir, d’appuyer sur le frein et de regarder ma jeune fille qui, d’ici quelques jours, quittera le nid pour devenir sa femme.

Aujourd’hui, j’avais décidé de ne parler ni de l’apéritif proposé par le traiteur ni de la décoration florale de la chaise de la mariée. Aujourd’hui, je voulais transmettre à mon enfant, aujourd’hui je voulais la charger d’un message fort avant sa nouvelle vie. Aujourd’hui, je voulais lui parler de l’importance et surtout de la magnificence de la Mitsva de se tremper au Mikvé chaque mois.

« Ma fille chérie, je sais que tu connais beaucoup de choses, je sais que tu t’instruis avec pudeur de ce que la vie de femme implique, je sais que tu prends sur toi de grandes décisions afin de construire ton foyer et rendre heureux ton mari, mais aujourd’hui, je veux sortir ta précieuse tête des bouquins, je veux te parler avec mes mots de maman, des mots simples, vrais et emplis d’amour. Je veux partager avec toi ma princesse, mon expérience, mon vécu que tu ne liras jamais dans aucun de tes livres, et que je ne partagerai jamais avec d’autres personnes que toi et tes sœurs, mes joyaux.

Dans 3 jours, tu vas te tremper au Mikvé. Je veux que tu y ailles avec les bonnes pensées en tête et les bonnes émotions dans ton cœur. Je veux que tu comprennes l’immensité de cette Mitsva qui te rendra apte à accéder à ton statut d’épouse que tu attends si impatiemment.

Le processus commence par un nettoyage minutieux avant l’immersion. Lorsque tu t’inspecteras, et lorsque tu retireras toute substance superflue, souviens-toi de retirer de ton cœur l’amertume, et la rancœur. Ton mari est et sera à jamais celui avec qui tu as décidé de construire ton foyer, tu dois l’aimer et le respecter inconditionnellement. Ne lui tiens pas rigueur pour ce qu’il a fait ou n’a pas fait, ou pour ce qu’il a dit ou n’a pas dit. Rends-toi pure, retire ce qui est néfaste et garde ce qui est utile et positif.

Lorsque ton corps et ton cœur ont atteint un paroxysme de pureté, tu es prête à aller te tremper. En descendant chacune des marches du bassin, ferme tes yeux et prie. Chaque marche, sa prière, demande l’amour, le respect, la sainteté, la réussite…

Enfin, arrivera le moment où tu t’immergeras, ton corps entier sera enveloppé de ces eaux bienfaitrices. Là, tu n’as aucune idée de ce que je te raconte, mais tu verras de toi-même, les eaux du Mikvé sont apaisantes, elles font tout simplement du bien au corps et à l’esprit. Elles t’enveloppent avec amour et bénédiction, elles te soutiennent comme pour te dire qu’elles ne te laisseront jamais tomber, elles te caressent pour te réconforter dans ces moments où tu en auras besoin. Lorsque tu seras immergée dans le Mikvé, tu entendras les millions de prières silencieuses qui ont été faites à cet endroit, tu sentiras l’étreinte et la joie infinie de nos ancêtres qui risquaient leur vie pour accomplir cette Mitsva, tu verras le sourire de tes grands-mères qui approuveront avec fierté le chemin que tu as choisi.

À ce moment-là, prie pour que ton foyer soit toujours enveloppé de la bénédiction divine, prie pour que ton mari soit protégé par le mérite de cette Mitsva, et qu’il ne soit jamais atteint par le mal, de quelque forme qu’il soit.

Ma fille, à chacune de ces étapes, prie, prie et pleure, verse tes larmes pour qu’elles se mélangent aux eaux pures du Mikvé, demande à Hachem de toujours bénir ton foyer d’une pluie de bénédictions, d’un amour sincère et véritable, d’une joie infinie. Que vous soyez bénis d’une grande et belle descendance et que vous puissiez, comme à ce jour, ne former qu’un seul et même être, qui fera notre fierté et surtout la fierté du Maître du Monde. »