A travers un Midrash et le début du Téhilim 118, ce cours montre l'importance du bien que l'on fait à autrui discrètement, et qui vaut encore plus que celui qu'on lui fait publiquement.