Voir la vidéo Télécharger la vidéo
La vidéo "The Social Dilemma 2020" permet de confirmer (si besoin était) ce que nos Sages ont affirmé à plusieurs reprises (Talmud Bavli [Sota 49b, Sanhédrin 97a], Talmud Yerouchalmi [Sota 47a], Midrach (Chir Hachirim Rabba 2, 13), Dérekh Erets Zouta [10, 2], à savoir que juste avant le dévoilement du Machia’h, « la génération ressemblera au chien ».
 
Plusieurs commentateurs expliquent cette analogie par le trait de caractère de l’effronterie qui sera caractéristique de cette génération. Rav Israël Salanter, quant à lui, illustre ce passage par l'image du chien qui court devant son maître. S'il paraît à première vue que ce soit le canidé qui dirige la marche, un observateur averti s'apercevra que de temps à autre, le chien se retourne vers le maître pour s'assurer qu’il est dans la bonne direction. Le représentant aux plus hautes fonctions de la direction d'un pays, plutôt que d'être la personne qui inspire la ligne politique et idéologique d'un pays, est élu via un système électoral (élection ou référendum – modes de scrutin les plus populaires dans la société occidentale). C'est celui ou celle qui qui reflétera au mieux le mode de pensée des citoyens, qui sera le chef d'état. 
 
Aujourd'hui, nous pouvons comprendre cette comparaison de l'homme au chien sous un angle différent. Alors que nous avons l’impression d’être maîtres de nos pensées, nos actions, et de nos choix de vie, il apparaît que les milliards d'individus détenteurs de smartphones dans le monde sont progressivement manipulés par les concepteurs des plateformes de recherche (comme Google) et les réseaux sociaux qui ajustent de manière sournoise les contenus qui s'affichent sur nos écrans, dans leur intérêt. Le niveau de technologie actuel permet de tracer 24/24h n'importe quelle personne, jusqu’à connaître ses moindres faits et gestes, entendre ce qui se dit autour d'elle, et finir par savoir même ce qui est de nature à provoquer et orienter ses réactions et émotions. Il n'est pas étonnant que ceux qui disposent de cette masse d'informations sur vous, soient en mesure d'influer votre comportement sans même que vous ne vous en rendiez compte. 
 
Cette situation entraîne un paradoxe incroyable. Alors que la plupart d'entre nous sont persuadés de jouir d'une liberté d'expression, de mouvement, la découverte des intérêts financiers colossaux de Google, YouTube, Facebook, Twitter, WhatsApp et autres réseaux sociaux, relativise considérablement pour ne pas dire, fait voler en éclats, l’illusion si profondément ancrée en nous, d'être les maîtres absolus de notre personne. 
 
Comment alors, ne pas penser à la citation de la Michna Avot (6, 2)  אין לך בן חורין אלא מי שעוסק בתורה "N’est libre que celui qui est investi dans l'étude de la Torah !" ? Cet adage de nos Sages n'est pas toujours facile ni à comprendre ni à accepter, surtout depuis l’abolition des systèmes monarchiques qui a permis l'émergence de sociétés où les « libertés » individuelles et les droits civiques ont considérablement évolués. Quelques centaines d'années plus tard, inondés de confort matériel, témoins d’une abondance alimentaire sans pareil, capables de réaliser une multitude d'activités et d'opérations sans bouger de notre chaise et entourés d'une multitude d'appareils qui facilitent notre quotidien dans tous les domaines, comment ne pas tomber dans le piège de croire que nous incarnons la définition même de l’ "Homme libre" ?
 
Les grands Rabbanim de la génération, dès l'émergence des premiers smartphones s’étaient prononcés de manière ferme et univoque contre leur utilisation et ce même après l'apparition de modèles équipés de filtres censés empêcher l'accès à des contenus à risque. Pour autant, leur position avait fait sourciller plus d'un d'entre nous qui consciemment ou pas nous demandions s'ils n’exagéraient pas un peu. Aujourd'hui, force est de constater que le Da’at Torah, cette connaissance et perception profondes de la vie dont sont dotées les géants de la Torah, leur avait permis de déceler bien avant l'heure, le danger encouru par l'utilisation de cette technologie.
 
La prise de conscience de cette réalité qui nous dépasse dans tous les sens du terme, est une invitation à nous recentrer sur nos vraies valeurs, celles prônées par la Torah, expression de la volonté d’Hachem qui ne cherche évidemment que notre bonheur absolu.
 
Jaron LANIER (Père de l'informatique en réalité virtuelle)
Le vrai produit, c’est ce changement graduel et imperceptible dans votre comportement et votre perception du monde. Voilà le produit ! C’est la seule chose qui peut être qualifiée de telle. Rien d’autre ne les intéresse à part ça. c’est leur seul moyen de faire de l’argent : changer votre façon d’agir votre façon de penser, qui vous êtes… 
 

Shoshana ZUBOFF (Professeur à l'école de Commerce de Harvard)

Maintenant on fait face à un marché qui fait le commerce de données humaines, à une échelle industrielle. Et ce sont ces marchés qui ont réussi à générer des milliers de milliards de dollars, faisant ainsi des entreprises travaillant dans le domaine de l’Internet, les plus riches jamais connues dans l’histoire de l’humanité.
 
JEIFF SEIBERT (Co-fondateur de Chrashlytics racheté par Twitter) 
 
La moindre action que vous faites sur le net est soigneusement étudiée et enregistrée...  ils savent quand vous regardez une image et pour exactement combien de temps.. sérieusement, ils le savent. Ils savent quand vous vous sentez seuls, quand vous êtes déprimés et même quand vous regardez des photos de votre ex. Ils savent absolument tout ce que vous faites. Rien ne leur échappe. Ils peuvent déterminer si vous êtes un introverti ou un extraverti, quels sont vos névroses, vos traits de personnalité. 
Moshé 'Haïm SEBBAH