La faute de Kora'h était-elle un simple "accident de parcours" ? Quelle(s) leçon(s) pouvons-nous tirer de cette "erreur" ? En quoi la réaction de Kora'h lorsqu'il a constaté qu'il n'a pas été nommé nassi est-elle semblable à celle de Yérov'am ben Névath lorsqu'Hachem lui a dit que, s'il faisait téchouva, Il se promènerait avec lui au Gan 'Eden ? Le kavod est-il un besoin vital pour chaque être humain, ou simplement un caprice ? Quelle stratégie utilise le yétser hara lorsqu'une personne est blessée parce qu'on refuse de satisfaire ses besoins les plus élémentaires ? A quoi devenons-nous veiller pour ne pas tomber dans le piège qu'il nous tend dans ce genre de situations ?