Dans la paracha de Vayélekh, la Torah parle du dernier jour que Moché Rabbénou a passé dans ce monde. Un peu avant son départ, Hachem le prévient qu'il y aura, dans l'Histoire, des moments où le Klal Israël se détournera de la Torah, servira de fausses divinités et vivra des moments de grandes souffrances. Mais pourquoi lui annoncer des choses aussi terribles avant son décès ? Moché Rabbénou n'aurait-il pas pu quitter ce monde en étant heureux et tranquille ? Et comment comprendre que lorsque les Bené Israël diront: "C'est parce qu'Hachem n'est pas en moi que tout ces malheurs m'ont trouvé", les souffrances s'intensifieront ? Cette phrase n'est-elle pas, au contraire, l'expression d'une téchouva ? Que disent Ramban et le Seforno à ce propos ? En quoi le fait que Rabbi Yo'hanane pleurait lorsqu'il lisait ce passage de la Torah est-il étonnant ? Que dit Rav Bergman à ce sujet ? En quoi ce commentaire rappelle-t-il l'importance de toujours se rappeler que tout ce qui nous arrive vient d'Hachem ?