A l'occasion de la Hiloula (jour anniversaire de décès), ce Chabbath, de notre maître Rabbi Rephael Enkaoua, l'équipe Torah-Box est heureuse de vous faire découvrir très brièvement son parcours de vie. Celui qui parle du Tsadik de jour de sa Hiloula, celui-ci priera pour lui ! Allumez une bougie et dites "Likhvod Hamalakh Refael, zékhouto taguèn 'alénou" puis priez. Que son mérite protège tout le Klal Israel, Amen !

Le Rav Raphaël Enkaoua est né de sa mère, Beida, et de son père, le Rav Mordékhaï Enkaoua, le 2 Tévet 5608 (1848) dans la ville de Sali, au Maroc. Le Rav Raphaël Enkaoua eut le mérite de faire son apprentissage chez le Président des Tribunaux de sa ville, le Rav Issakhar Asseraf, et se maria même avec sa fille, Saada.

En 1880 (5640), le Rav Issakhar Asseraf monta en Israël et désigna, pour lui succéder, le Rav Raphaël Enkaoua, afin de mettre en place le Tribunal avec son oncle, le Rav Messaoud Enkaoua, et le Rav Its’hak Amzallag.

En 1900 (5660), le Rav Raphaël Enkaoua érigea une maison d’étude où affluèrent de nombreux élèves. Ses élèves les plus brillants étaient en partie le Rav Avraham Réva’h, le Rav Ephraïm Chalom Enkaoua, et le Rav Mikhaël Issakhar Enkaoua – son fils unique qui lui succéda jusqu’à son décès.

En 1918 (5678), l’Etat français décida de mettre en place un Tribunal de grande instance à Rabat. Les membres du comité juif de la ville suggérèrent de désigner le Rav Raphaël Enkaoua en tant que dirigeant des tribunaux et Président du Tribunal de grande instance.

Le Rav Raphaël Enkaoua refusa la distinction et proposa que le Grand Rav Chlomo Danan soit choisi à sa place. L’autorité supérieure française refusa, et menaça d’annuler l’institution du Tribunal. N’ayant pas d’autre choix, le Rav Raphaël Enkaoua céda et désigna officiellement le Rav Chlomo Danan comme son bras droit, tout en le considérant dans les faits comme le Président.

La grandeur du Rav Enkaoua se répandit partout, et beaucoup de gens enseignèrent de sa Torah, tant au Maroc que par-delà les frontières. Ses livres furent distribués gratuitement aux érudits en Torah, aux pauvres, dans les synagogues, et dans les lieux d’étude.

Le Rav Raphaël Enkaoua décéda veille de Chabbath, le 4 Av 5685 (1935), et fut enterré à Sali, sa ville natale.

Parmi ses nombreux livres, on compte : « Karné Ram », « Pa’amoné Zahav », « Tofa’ot Ram », « Pa’amon Véramon », et bien d’autres.

Cliquez-ici pour demander une bénédiction en l'honneur de Rav Raphaël ENKAOUA