Qu'est-ce qu'être saint d'après la Torah ? En quoi le fait de donner de la viande non-cachère à des chiens au lieu de la manger peut-il permettre d'atteindre ce niveau ? En quoi cet acte, de même que celui de ramasser un bout de pain qui est tombé par terre ou de s'abstenir de "taper" un objet dont on a profité, peut-il ancrer en nous la qualité de reconnaissance ? En quoi cette dernière est-elle tellement importante dans le judaïsme ? Réponses à travers plusieurs exemples du Houmach, un Midrash, un passage du Choul'hane Aroukh et des propos du Ramban.