La première Michna du troisième chapitre des Pirké Avot parle de trois choses qui peuvent aider  l'homme à ne pas tomber dans la faute. Elle comporte cependant plusieurs répétitions. Que dit le Rav Rottemberg à ce propos ? En quoi cela rappelle-t-il le fait que chacun d'entre nous est capable de faire beaucoup de bien ?