Au début de ce cours, Rav Elgrabli cite et traduit une Michna de Pirké Avot (la troisième du premier chapitre), qui parle notamment de l'importance de servir Hachem sans attendre de salaire en contrepartie. Il demande: Quel rapport y a-t-il entre cette Michna et la précédente? Il montre que notre avodat Hachem ne doit pas être conditionnée par l'obtention d'une récompense. Il précise une erreur de compréhension à ne pas commettre lorsqu'on lit la Michna citée au début de ce cours. Il parle, à partir d'un passage de Guémara et d'un commentaire de Tossefoth, du cas d'une personne qui donnerait de la tsédaka à condition que son fils guérisse...