Lorsque nous entendons parler des miracles qu'Hachem a fait aux Béné Israël dans le désert (en faisant tomber la manne, en les entourant des nuées de gloire etc...), nous sommes parfois tentés de les envier. Pourtant, comme le rappelle ce cours, nous vivons aussi dans une génération où bien des facilités nous sont proposées. Tout ce confort n'existait pas il y a quelques dizaines d'années, et nous avons baroukh Hachem la chance de pouvoir en bénéficier. Cependant, cela ne nous incite-t-il pas, quelque part, à devenir un peu fainéant, partisan du moindre effort ;  ou du moins à ne pas vouloir fournir tous les efforts nécessaires à l'acquisition de la Torah ? En fin de compte, le confort est-il une chance, ou au contraire un frein dans notre service d'Hachem ?