Il y a quelques années, je reçus l'appel d'une femme en larmes. Elle venait de découvrir que son mari était accro à des sites obscènes, que D.ieu nous en préserve.

Deux jours auparavant, alors que son ordinateur était en réparation, elle emprunta celui de son mari pendant qu'il était au travail. En allant sur internet, un pop-up d'une femme peu vêtue apparut. Dans un premier temps, elle n'y fit pas attention et s'empressa de refermer cette photo, sauf qu'une heure plus tard, alors qu'elle effectuait des recherches sur internet, une deuxième photo du même type s’ouvrit.

Cette fois-ci, elle comprit que ce n’était pas une coïncidence. Voulant en avoir le cœur net, elle consulta l'historique web de son mari et découvrit qu'il visitait tous les jours des sites peu recommandables…

A la fois désespérée et dégoûtée par les mauvaises mœurs de son conjoint, elle attendit le soir afin d’en discuter avec lui. Lorsqu’elle lui fit part de ses découvertes, ce dernier s'effondra en larmes et lui raconta sa descente aux enfers.

Son addiction commença au collège. Dans les écoles laïques, le visionnage de ce type de film est quelque chose de naturel, presque initiatique. Un jour, alors qu'il passait l'après-midi chez un copain, ce dernier profita de l'absence de ses parents pour mettre une vidéo. Fasciné par ce type de contenu, son attirance pour ces images n’a cessé d’augmenter au point où cette expérience se répéta tout au long de son adolescence. Mais sa vie se transforma en cauchemar avec l'avènement d'internet…

Du jour où lendemain, sans risque de se faire surprendre, cet univers était devenu accessible en un clic. D'occasionnel, cette pratique est devenue régulière puis journalière, avec toujours le même schéma : une image, un désir qui devient une obsession et un surf furtif, suivi d’un profond sentiment de dégoût de soi et de culpabilité. Malheureusement, le mariage n'y a rien changé. Il était hanté par toutes ces images qui revenaient toujours dans les moments d'intimité.

Après avoir terminé son récit, il la supplia de lui pardonner et lui jura que si elle lui laissait une seconde chance, il ferait tout pour s'en sortir.


Ecoeurement et déception

Au début, ce fut très difficile pour elle. Son cœur oscillait entre dégoût et désespoir. Que devait-elle faire? Comment n'avait elle pas pu s'en apercevoir plus tôt ? Comment continuer d'aimer un homme en proie à de tels vices ?

Jusqu'au jour où elle prit conscience qu'en tant qu'épouse, elle devait être une Ezer Kénegdo (une aide) pour son mari. Ensembles et unis, ils vaincraient le Yétser Hara.

Dans un premier temps, ils commencèrent par faire un grand ménage sur son ordinateur en y effaçant tous les fichiers, liens URL et adresses email à caractère pornographique et y supprimèrent tous les logiciels permettant de chatter. Ils jetèrent également toutes les vidéos ou magazines qui montraient des femmes impudiques.

Ensuite, ils installèrent des filtres sur tous les PC dont elle seule connaissait le mot de passe. Puis ils décidèrent que l'ordinateur resterait dans le salon, une pièce de passage. Pour éviter la tentation, elle prit sur elle de ne jamais aller se coucher avant son mari, et lui demanda de ne pas se connecter sur internet s’il se retrouvait seul à la maison.

Conscient que cela n'était pas suffisant pour lutter contre sa dépendance, ils commencèrent une thérapie de couple et de son côté, il s'inscrivit au programme « guard your eyes » (www.guardyoureyes.fr).

Les personnes derrière la création de ce programme lui envoyèrent des mails de ‘Hizouk (renforcement spirituel) quotidien et installèrent un logiciel de compte-rendu en plus de son filtre, ceci afin que toute la liste de sites web douteux soit envoyée à sa femme. Elles le firent aussi participer à des conférences téléphoniques sur la base des 12 étapes, méthode développée par des thérapeutes américains.

Au bout d'une année et malgré des rechutes inévitables, il fut tiré d'affaire.


Délivrance

Récemment, cette femme m’a annoncée au téléphone la naissance de leur troisième enfant ! Lorsque je pris des nouvelles de leur couple, elle me confia qu'ils n'avaient jamais été aussi heureux.

Cette expérience les a transformés. Son mari a pris conscience qu'Hachem lui avait donné une femme extraordinaire sur qui il pouvait compter et que sans son aide, il n'y serait jamais arrivé. Elle, de son côté, nourrit une fierté pour son mari qui, en plus d'avoir réussi à lutter contre ses démons du passé, avance chaque jour vers une vie de Torah.

Avec son autorisation, je partage aujourd’hui son histoire avec vous.

Malheureusement, ce n'est pas un cas unique et régulièrement, je reçois des couples démunis face à ce phénomène.

Insidieusement, Internet continue à faire des ravages et à détruire de nombreuses familles juives. Plus que jamais, il faut prendre conscience du problème et se battre pour vaincre ce Yétser Hara.

La Torah écrit (Nombres, 15-39) : « Vous ne vous égarerez pas à la suite de votre cœur et de vos yeux… »

Pourquoi la Torah commence-t-elle par parler de l'égarement du cœur ? Car nos Sages enseignent que si notre cœur est attiré par la faute, alors nos yeux aussi finiront par fauter.

La première étape est donc de détester ce mauvais penchant et de reconnaître qu'il est la cause de tous les malheurs, car il sépare l'homme d'Hachem comme par un mur de béton. Celui qui hait cette faute trouvera la force de préserver ses yeux, fenêtres de l'âme et vaisseaux pour recevoir la Lumière divine. 

En conclusion, même avec une forte détermination, il ne faut jamais se faire confiance dans ces domaines, comme cela est écrit dans la Guémara : « Ene Apotropos Léarayot ! », c’est-à-dire que concernant les mauvaises meurs, personne ne peut dire : « Cela ne m'arrivera pas ! »

Le Yétser Hara nous attend au tournant au moment où nous nous y attendons le moins. Pour se protéger, il est nécessaire de mettre en place tout un système (préserver ses yeux, installer un filtre Internet puissant etc.) et de se faire aider. 

Mais surtout, il ne faut jamais cesser de prier Hachem afin qu'Il nous sauve, nous ainsi que notre descendance, de ce qui est peut-être le plus grand test de cette génération !


L'équipe Torah-Box se permet d'ajouter qu'un accès Internet sans filtre n'est acceptable que sous certaines rares conditions... Cliquez-ici pour en savoir plus.