Comment savoir si on aime Hachem ? Réponse à travers des mots du Chéma Israël et des propos du Rambam et du Rav Saadia Gaon. 

Au début du Chéma Israël, la mitsva d'aimer Hachem de tout son cœur, de toute son âme et par tout ses moyens est mentionnée. 
 
Elle consiste à prouver notre amour d'Hachem avec ce que nous avons de plus cher. Pour certaines personnes, ce sera en se levant un  peu plus tôt pour aller prier le matin, alors qu'elles auraient eu plutôt tendance à rester dormir. Pour d'autres, ce sera en  donnant de leur argent pour une mitsva alors qu'elles auraient eu tendance à le garder pour elles...
 
La Torah contient 613 mitsvot. Plusieurs décisionnaires les ont recensées, chacun selon la manière dont il a compris la Guemara. Mais tous sont d'accord qu'Hachem nous a donné 613 mitsvot.
 
Nous voyons une allusion à cela dans le passouk de "Torah tsiva lanou Moché moracha kéhilat Yaacov", qui dit que Moché nous a ordonné la Torah :
- en hébreu, la valeur numérique du mot Torah est de 611, chiffre qui correspond au nombre de mitsvot que nous avons reçues par l'intermédiaire de Moché Rabbénou ;
- et les deux mitsvot que nous avons reçues directement d'Hachem sont les deux premières dibérot (les deux premiers des dix commandements) : "Je suis Hachem ton D.ieu", et "Tu n'auras pas d'autre dieux que Moi".
 
La Torah contient donc au total 613 mitsvot, et l'une d'entre elles est celle d'aimer Hachem.
 
Le Rambam explique comment une personne peut prouver, aux autres et à elle-même, qu'elle aime Hachem : plus elle en parle positivement et cherche à rapprocher les gens de Lui, plus elle l'aime.
 
Celui qui aime une chose la fait aimer aux autres, en partageant avec eux la joie qu'elle lui procure.
 
Par exemple, s'il aime les chaussures et qu'il voit une grande promotion de chaussures, il aura envie de partager l'information avec ses amis ou sa famille (en la mettant dans ses statuts WhatsApp, par exemple).
 
De même pour celui qui aime Hachem : il ne gardera pas cet amour seulement en lui, mais le diffusera autour de lui.
 
Les tsadikim cherchent continuellement à faire encore plus plaisir à Hachem, en s'améliorant toujours plus dans Son service.
 
L'exemple de Rav Saadia Gaone rappelle cela :
 
Un jour, il est allé dans une auberge sans dire qui il était. L'aubergiste l'a très bien reçu, mais ne savait pas qu'il s'agissait d'un grand Rav connu.
 
Lorsqu'il l'a appris, il s'est excusé auprès du Rav, et lui a dit : "Si je savais, je me serais encore mieux occupé de vous !". Le Rav a répondu : "Tu n'as rien à te reprocher. Tout était parfait". 
 
Depuis ce jour-là, le Rav faisait chaque jour téchouva. Car cette histoire lui a permis de réaliser que plus on est conscient de la grandeur d'Hachem, plus on s'applique dans Service. Et comme il devenait chaque jour de plus en plus conscient de la grandeur d'Hachem, il faisait chaque jour téchouva sur ce qu'il n'avait pas "suffisamment bien fait" dans son service d'Hachem de la veille, et qu'il avait décidé d'améliorer aujourd'hui, après avoir été un peu plus conscient de Sa grandeur.
 
Dans la vie, il est facile de dire "Je t'aime", mais très difficile de dire "Je m'excuse". Et ce qui nous permet de voir si nous aimons réellement Hachem, c'est de voir combien nous Le faisons aimer autour de nous.
 
Retranscription : Léa Marciano