Bonjour,

Je fais partie de ces femmes qui sont naturellement rondes... A ma connaissance, j'ai toujours été ronde, donc je pense que c'est ma morphologie de nature. J'ai essayé maintes fois de faire des régimes, mais aucun ne s'est avéré efficace pour ma part... On m'a conseillé d'assumer mes formes, mais cette deuxième solution me parait encore plus difficile que la première vus les standards que nous imposent les pubs et la mode...Je ne sais plus quoi faire : essayer un nouveau régime ? Ou assumer mon corps ?

Réponse de Mme Nathalie Seyman

Le problème que vous soulevez ici est le mal qui touche toutes les femmes de notre époque : le dilemme entre s’assumer et rentrer dans le moule. Un choix qui s’impose dans toutes les occasions de la vie et non seulement pour le physique. Comme si nous étions entrés dans une ère de dictature de la pensée, où être différent ne se fait plus, où tout le monde doit se ressembler, faire pareil, penser la même chose... Et, si ce n’est pas le cas, alors il ne manquera pas d’occasions de nous le faire savoir par des remarques, des regards appuyés, des portes qui se ferment, des mines renfrognées… Alors faut-il céder à la pression ou tenir bon ?

Etre à l’image de la société ?

La femme qui représente la société d’aujourd’hui se doit d’être une femme parfaite en tout point. Elle doit savoir maîtriser parfaitement son apparence physique, sa vie privée et sa vie professionnelle. Elle ne perd jamais le contrôle et s’assume (en même temps, qu’a-t-elle de négatif à assumer ?). Alors, oui, évidemment, nous voulons toutes lui ressembler. Nous essayons toutes d’être parfaites pour notre mari, nos enfants, notre famille, pour les autres. Et ce n’est jamais suffisant. Comme si, dans la course qu’est la vie, la ligne d’arrivée reculait au fur et à mesure que nous sommes à deux pas de l’atteindre.

Finalement, à vouloir ressembler à une image qui nous est unanimement imposée, ne risquons-nous pas de devenir une société de clones, tels les allemands lors de la seconde guerre mondiale : tous blonds aux yeux bleus ? Le message passe évidemment plus en douceur, mais l’absurdité de cette utopie (en est-ce vraiment une ?) reste la même. La richesse de l’être humain est dans le fait que nous soyons tous différents. Ce sont chacune de nos particularités qui font de nous des êtres uniques et spéciaux. Des personnes à aimer, plus pour nos défauts que pour nos qualités, car ils nous représentent et font de nous des êtres touchants et non des robots sans âme.

Alors, s’il s’agit de votre choix de vouloir vraiment mincir car vous êtes sûre qu’il faut passer par là pour être épanouie, dans ce cas, Baroukh Haba ! Mais si vous le désirez juste pour ressembler à ce qu’il « faut » être, alors vous finirez par vous perdre dans cette image et vous n’arriverez pas à atteindre votre propre ligne d’arrivée.

Ou préférer être soi-même ?

Un Midrach nous raconte qu’un chef romain demanda à Rabbi Akiva quelle était la meilleure création : celle d’Hachem ou bien celle de l’homme. Et Rabbi Akiva répondit que la création humaine était préférable. Car Hachem fait pousser des produits comme les grains de blé, qui à l’état brut ne servent à rien, alors que l’homme récolte ce grain et, par son travail, le transforme en pain. De même qu’à la Brit Mila, l’homme doit parfaire le travail d’Hachem. Ce que nous pouvons déduire de ce Midrach, c’est qu’Hachem nous a fait avec des imperfections car Il sait que nous pouvons les utiliser pour en faire quelque chose de positif.

Vous êtes ronde, mais cela ne vous définit pas. Vous êtes bien plus que ça ! Si c’est par cela que vous vous définissez, alors, en effet, les gens ne verront que cela. Or, si vous vous concentrez sur votre personnalité, un regard bienveillant sur vous-même ainsi qu’envers les autres, alors c’est tout cela qui fera de vous ce que vous êtes : quelqu’un avec qui on se sent bien. Car le fait de voir et parler avec une personne épanouie, bien dans sa peau et heureuse vaut toutes les top-modèles du monde !

Et, être ronde est-il antinomique avec être belle ? N’avons-nous pas des centaines d’exemples de femmes rondes, belles et épanouies autour de nous et également dans ces magazines, même si elles sont moins nombreuses ? Elles sont présentes et il ne tient qu’à nous de déplacer le curseur de cette société à une femme juste belle et épanouie, car c’est finalement ce qui est le plus important. Et ça, c’est accessible !

Béhatsla’ha !

Si vous avez une question à poser à la psy, envoyez un mail sur l'adresse suivante entrefemmes@torah-box.com. Mme Seyman essaiera d’y répondre et la réponse sera diffusée de façon totalement anonyme.