Chère amie,

Mon D.ieu, que la concurrence est rude. Des brunes pétillantes, des blondes lumineuses, des perruques plus vraies que nature, des foulards au summum du raffinement… ou encore des robes de telle marque, des sacs de telle autre, etc. Difficile de ne pas scruter le look de chacune, n’est-ce pas les filles ? Et alors pour les parisiennes de surcroît, je ne vous raconte pas…

Qu’on se le dise, les femmes accordent généralement une grande importance au beau. Cela fait partie du plan Divin – rappelons qu’Hachem s’est chargé Lui-même d’orner ‘Hava pour la réjouir, de la plus belle coiffure et des plus beaux bijoux, afin de trouver grâce aux yeux de son ‘Hatan. Cela est à ce titre loin d’être accessoire…

D’un autre point de vue, cela peut devenir le summum de la superficialité, et donc le minimum d’essentialité ; nous devons donc savoir situer où placer notre curseur personnel, afin de savoir comment surfer de manière équilibrée sur ce don d’Hachem, en le sublimant et le hissant aux niveaux les plus hauts de sagesse.

 Sacré pari !

Être belle, pour des buts élevés

Une femme peut expérimenter toutes sortes de sacrifices dans sa vie : sacrifice de sa vie professionnelle au profit de sa vie familiale, sacrifice de sa svelte silhouette pour continuer la chaîne des générations, sacrifice de ses idéaux pour faire exister l’autre, parmi tant d’autres.

Mais serait-elle capable de sacrifier son mari pour qu’il soit plus heureux avec une autre ?!? Pas une demi-seconde… Pourtant, lorsque, par fainéantise ou manque de connaissance de la gente masculine, elle sortira avec un semi sac poubelle en guise de robe, et bonnet décousu faisant office de couvre-chef, elle doit savoir qu’elle le met en grand danger. Nous sommes censées être la barrière protectrice de nos époux, en représentant la noblesse de la féminité, dans une pudeur digne des filles du Roi – dis-moi, n’est ce pas franchement impossible que Kate Middleton ne soit pas juive ?!?!?? Ce sera peut être le prochain scoop…

À ce propos, faut-il se faire belle pour son mari d’après la Torah ? Examinons les sources (1) :

Traité Yébamot 63b : Heureux l’homme qui a une belle femme, ses jours de vie sont multipliés (Rachi nous explique que c’est grâce à la joie qu’il en éprouve).

Traité Kétoubot 59b : Rabbi ‘Hiya a dit : « la femme est née pour être belle ».

Traité Brakhot 57b : 3 choses élargissent l’esprit de l’homme : une belle maison, une belle femme, de beaux ustensiles.

Traité Ta’anit 13b : La jeune fille en deuil de son père n’a pas le droit de se laisser aller… De quoi parle-t-on ? Il s’agit de se coiffer et de se maquiller (Rachi explique qu’elle doit se « décorer » pour que les jeunes hommes la demandent).

Traité Chabbath 64b : Pendant sa période de Nidda (séparation mensuelle avec son époux), les Anciens disaient qu’une femme ne doit pas se maquiller ni se mettre des habits colorés. Jusqu’à ce que vienne Rabbi Akiva et enseigne : « Si tu agis ainsi, tu vas provoquer le dédain de ton mari ! ». Au contraire, la femme doit se maquiller et bien se vêtir également pendant cette période.

Convaincant, non ?

Il va sans dire que l’on ne parle pas ici d’un degré de superficialité qui gâcherait tout à cette noblesse, mais simplement des dix minutes nécessaires quotidiennement à une femme juive pour choisir sa tenue avec goût, afficher une mine lumineuse et pure. Le but en est extrêmement élevé, et peut être atteint quel que soit le budget de chacune, alors pas d’excuses !

Utiliser ce don du Ciel pour raffiner son monde

Cette touche esthétique peut te servir bien au-delà de ton apparence extérieure. Comment ? Simplement en considérant que toute notre extériorité influence notre intériorité à chaque instant ; n’est-ce pas que lorsque tu portes une nouvelle robe ou une nouvelle coiffe, tu te sens plus en joie ?

Il en est exactement de même pour notre monde intérieur qu’une princesse d’Israël peut et doit embellir chaque jour ;

- raffiner ses traits de caractère (je t’invite à étudier le merveilleux livre « Améliorer ses traits de caractère » aux éditions Torah-Box, clic ici pour y accéder)

- magnifier son rapport à Hachem, en comprenant chaque jour mieux ce qu’Il attend de nous, en Lui parlant plus souvent comme à son Papa.

- enjoliver nos Mitsvot, les rendre plus belles, ce qui en donnera le goût à d’autres, et qui confèrera tellement plus d’intensité, de sens, de profondeur aux nôtres. C’est ce que l’on appelle « Hidour Mitsva », l’embellissement de la Mitsva. Combien ce grand plus est propre aux femmes !

Dès lors, la beauté n’est plus une option ; comme l’enseignait le Rav Yossef Haim Sitruk zatsal, « Trop souvent, le beau ne prend pas le temps d’être vrai, et le vrai est rarement beau (…). Être juif, c’est concilier le beau et le vrai », c’est comprendre que lorsque l’on aura réussi à rendre la Torah belle intérieurement à nos enfants, nous aurons alors accompli la volonté d’Hachem dans toute sa splendeur. C’est ainsi que tout un chacun, nos enfants aussi bien que notre entourage, y prendra goût.

Quoi de plus satisfaisant dans la vie que de découvrir et de vivre la beauté infinie de la Torah, avec toujours plus de joie ? C’est un véritable but à atteindre : nous les femmes, avons reçu des dispositions naturelles pour nous en approcher.

Que nous réussissions avec l’aide d’Hachem !

À très bientôt